Sœurs [PV : Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Sam 23 Avr - 16:43

[Forêt de Forever Fall 19H37]

Tout aurait pu se terminer ainsi. Quelques larmes, quelques pas sans jamais se retourner et Mist se serait assurée que cette Alice n'entende plus jamais parler d'elle. Peut-être était-ce car cela gênerait ses futurs missions ? Peut-être était-ce car elle ne voulait tout simplement pas ressentir de nouveau ce qu'elle avait éprouvé ou bien encore était-ce car une partie d'elle ne voulait pas savoir l'humaine triste. Le soleil disparaîtrait sous peu derrière la cimes des arbres rougeoyant et bientôt, l'androïde serait de retour au foyer de la White Fang. Actuellement, bien qu'elle ne se considérait seulement comme un simple outil, cette base était son endroit. L'endroit ou elle devait retourner, l'endroit nommé foyer. Si il y a bien quelque chose que Mist avait compris sur les êtres vivants, c'était leurs appartenance à cet endroit. Chaque personne avait son propre foyer, l'endroit ou elles retourneraient toutes un jour ou l'autre. Si Alice avait raison, cet endroit aurait pu être Beacon. Mais si justement l'humaine avait raison et qu'elle appartenait autrefois à cette académie, pourquoi aurait-elle pu perdre du temps à tenter de s'amuser avec cette fontaine ? Elle restait une machine, une carcasse vide. Pourquoi avait-elle le droit de perdre du temps qui aurait pu être constructif ? Concrètement, que signifiait s'amuser ?

Mist secoua la tête avant de se rendre compte que cela lui était inutile, encore un tic que seuls les êtres vivants faisaient pour montrer qu'ils devaient cesser de penser. Pourquoi faisait-elle cela ? Elle n'en avait pas besoin après tout ? De plus elle ne pensait pas, tout n'était que calcul dans sa carte principale. Elle se trouvait bien défectueuse depuis cette rencontre avec l'humaine, il fallait qu'elle s'éloigne, qu'elle mette le plus de distance entre elles. Elle haïssait Alice pour cela, elle l'haïssait et dans un même temps voulait passer plus de temps avec elle pour lui poser tout un tas de questions. Non, un androïde ne voulait rien, un androïde n'était pas curieux. Pourquoi était-elle toute déréglée ? S'en était trop ! Elle voulut accélérer le pas, se mettre à courir, quitter cette forêt, quitter la compagnie de l'humaine aux cheveux de soie. Toutefois, elle n'eût pas le temps de faire un autre de ses pas que l'humaine la tenait de ses deux bras. L'androïde ne bougea pas d'un pouce. Elle ne parvenait pas à se débattre, elle n'arrivait pas à lever la main sur elle. Et comme son existence n'était pas menacée pour le moment, son code ne l'obligeait pas à ôter la vie de l'humaine. Bien que Mist se doutait bien qu'elle n'aurait pas grande chance face à Alice. L'humaine se mise et parler et la machine écouta attentivement, sans la couper, sans la repousser. Elle resta immobile et silencieuse tout du long.

Selon Alice, elle ne disparaitrait pas. Elle ne ferait qu'une avec l'androïde de Beacon. Pouvait-elle vraiment consigner deux codes ainsi ?  Était-elle vraiment précieuse ? Peut-être, après tout selon les dires de l'humaine elle était unique. Mais dans ce cas, si elle avait le droit à cette unicité, avait-elle aussi le droit à se libérer de sa condition d'outil ? Non, une fois de plus des sottises insensées venaient perturber ses calculs. Peut-être devrait-elle demander une remise à zéro une fois arrivée à la base ? La machine allait se retourner pour repousser Alice quand celle-ci lui confia qu'elle était comme une sœur pour elle. Une sœur ? Pourtant elles n'avaient pas de lien de sang, Mist n'avaient pas de sang du tout. Les machines ont elles une famille ? Mist commença à se questionner sur l'origine de ses créateurs. Était-ce des personnes qu'elle pouvait définir comme parents ? Elle n'eût pas le temps de questionne Alice que celle-ci la retourna pour qu'elles se fassent face. Elle lui enleva ensuite son masque pour lui effacer les larmes. Pourquoi faisait-elle tout cela, si c'était en but de la tromper, elle allait bien plus loin que nécessaire. Peut-être que dans une autre vie elle aurait pu effectivement simplement prendre la main de l'humaine. Et elles seraient parties ensembles quelque part. Elles auraient pu manger des pommes et peut-être même aurait-il eu une fontaine dans laquelle l'une aurait poussé l'autre. Peut-être même auraient elles pu être effectivement des sœurs veillant l'une sur l'autre ? Séchant mutuellement leurs larmes en cas de coups durs. Être née humaine, voilà une idée séduisante. Si elle possédait le droit de vouloir... Il y a des tas de choses qu'elle aimerait posséder. Une famille, des amis, un foyer... Le besoin de corriger cet erreur devenait vital.

C'est alors qu'Alice s'excusa. Pourquoi le faisait elle ? Mist ne s'aperçut que trop tard que cette dernière avait glissée sa main dans le trou béant qu'elle avait depuis l'affrontement avec les créatures. L'androïde essaya d'agripper le cou de cette dernière pour l'empêcher de faire ce qu'elle essayait mais n'eût pas le temps. Elle n'eût le temps de rien. Au moment même ou son énergie se coupa, elle devint inerte. Un simple morceau de métal recouvert de peau synthétique.

[Laboratoire de Beacon, huit jours plus tard, 05H13]

Mist ouvrît les yeux. Elle se trouvait nue et entièrement réparée sur une table de fer. De nombreux câbles de différentes tailles et couleurs étaient branchés sur elle. Ses réserves de poussière étaient à leurs maximum. Elle était seule et reconnaissait parfaitement l'endroit. C'était ici qu'elle avait pour la toute première fois ouvert les yeux, c'était comme autrefois. Sauf que cette fois ci elle était seule. Un petit réveil non loin d'ici lui indiqua la date ainsi que l'heure et elle en profita pour mettre à jour ses données. Elle se trouvait à Beacon, dans les labos pour être précis. Il n'y aurait personne avant une bonne heure et elle se doutait bien que sa reprogrammation avait du prendre du temps. Peut-être en avaient-ils profiter pour soustraire certaines informations qu'elle possédait sur la White Fang ? C'était étrange. C'est comme si elle venait de s'éveiller d'un rêve. Un très long rêve. Elle n'avait pas foncièrement changée. Elle était toujours Mist, elle l'a toujours été après tout. Ses précieux souvenirs étaient de nouveau en place. Quelle joie. Oui, elle était Mist, et s'occupait de la sécurité de Beacon. Elle était autrefois à la tête d'une équipe non pas de hunters mais simplement de gardes, soldats pour la plupart de fer et de plomb. Il y avait cette fille nommé Alice. Elle avait quelque fois un sourire triste sur le visage et Mist était venu la questionner simplement sur ce sujet. C'était son travail après tout, que les étudiants ne soient pas gênés au sein de leur foyer. Oui, Beacon. Voilà l'endroit ou elle devait rentrer. Ces murs lui étaient familliers, l'atmosphère ambient lui était plus que reconnaissable. Finalement, la machine était devenue amie avec l'humaine. Elles se retrouvaient d'abord parfois une fois leurs journée terminée pour discuter. Et au fil des jours qui s'écoulaient, au fil des mois qui passaient, ce parfois est devenu une habitude puis une promesse. Mist avait manquée à cette promesse. Elle se considérait comme la pire... Elle se souvint de la manière dont elle lui avait parlé dans la forêt, ce ton indifférent...

L'androïde se leva et débrancha les câbles. Elle se dirigea vers l'entrée avant de faire demi-tour. Elle qui avait fait tout son possible pour faire respecter les règles de Beacon aux étudiants n'allait pas enfreindre une règle à la pudeur. Bien que cela ne la gênait que nullement étant donné qu'elle était un androïde. Elle attrapa une blouse de laborantin qui se trouvait en vrac sur une chaise et l'enfila avant de la boutonner. Elle trouverait bien de quoi s'habiller quelque part, il y avait plus urgent. Elle devait aller voir sa sœur. Oui, désormais que tout était devenu plus clair au sein de son code. Elle n'avait pas le luxe d'être née humaine. Non elle était une machine et pourtant, elle avait été acceptée ainsi par Beacon. Beacon était son foyer, sa famille. Alice, était sa sœur, sa plus précieuse sœur. Qu'est ce que la famille après tout ? Ceux qui nous créent ? Ceux qui partagent des liens de sangs avec nous ? Non, pour Mist la famille était tout autre. La famille pour elle n'était rien d'autre que ceux qui prenaient soin les uns des autres. Elle avait été créée par tout un tas de personnes qui l'avaient ensuite laissée à Beacon. Qui l'avait éduquée si ce n'est le personnel de l’académie ? Désormais, elle devait rattraper cette promesse qu'elle avait faite. Elle serait là pour sa sœur, si elle pleurait elle viendrait lui sécher les larmes, si elle avait besoin de compagnie elle serait-là pour elle, si elle avait besoin d'entendre raison elle viendrait lui tirer les oreilles. C'était ce qu'elles s'étaient promise. Et Mist n'avait pas été là... Elle avait manquée nombre de leurs rendez-vous.

Le soleil ne s'était pas encore levé sur l’académie et Mist en profita pour se diriger vers les cuisines. Elle connaissait déjà tous les raccourcis au sein de l'établissement, elle s'en servait habituellement pour mettre le grappin sur les fauteurs de troubles. Bien qu'elle n'était pas très bonne en combat ne sachant que copier, elle s'en sortait mieux pour coordonner des troupes sur un champ de bataille. Elle avait été créée pour cela à la base. Elle était une tacticienne, pas une combattante. Parfois elle utilisait ces raccourcis juste pour surprendre Alice en lâchant un "bouh" tout en déboulant derrière elle. Tandis que les souvenirs s'imposait à elle ainsi, l'androïde remarqua qu'elle se trouvait désormais au sein des cuisines. Bientôt les réveils sonneront et les étudiants se lèveront pour aller en cours, les professeurs arriveront pour préparer leurs salles de classe, les cuisiniers entameront la préparation du repas de midi, les troupes de nuit allaient faire place aux troupes de jour. Certains étudiant seraient peut-être même en retard en cours et se mettraient à courir dans les couloirs pour tenter l'impossible. Il y aurait de l'animation à chaque couloir, les télévisions d'informations s'allumeraient peut-être pour présenter un fait important. Mist était donc bien rentré chez elle.

Elle ouvrit les placards du garde manger et récupéra un peu de tout. Elle n'avait pas l'habitude de se nourrir mais peut-être Alice aurait-elle faim en se levant ? Mist se posa un instant devant le plan de travail pour examiner la situation. Elle n'avait jamais cuisiné auparavant mais savait qu'Alice aimait les pommes. Elle savait que les cuisiniers utilisaient souvent le four, autrefois elle leurs avait demandé en toute sincérité pourquoi ils faisaient cuir les aliments et ceux-ci lui avaient répondu que bien souvent c'était meilleur chaud et que la plupart des mets ne se mangent pas crus. Elle avait prit leur déclaration au pied de la lettre et venaient de mettre tout un tas de produits dans un bac du four. Des pommes car Alice semblait aimer cela, une tablette de chocolat car elle avait une bonne apparence, des poivrons rouge, vert et jaune qu'elle trouvait fascinant ainsi que de la farine. Oui, elle avait décider de faire un gâteau. Et la seule chose qu'elle savait à ce sujet était qu'il fallait de la farine, beaucoup de farine. Elle posa donc tout ceci pèle-mêle et régla le four à son maximum. Elle attendit simplement en restant accroupie devant la fenêtre du four à le fixer de ses deux yeux bleus et finalement elle éteignit la flamme avant de récupérer le plat brûlant à pleine main. Ne ressentant pas la douleur, elle se fichait bien que le plat soit chaud. Le plat lui, ressemblait à aucun plat connu, si l'on pouvait appeler cela encore un plat évidemment. Cela ressemblait à une espèce de pâte étrange ou des pommes entières semblaient coincées à l’intérieur. Elle n'avait rien épluché, rien découpé. Simplement posé dans le four.

Mist se rendit donc jusqu'au dortoir ou logeait Alice avec le plat entre les mains, elle même toujours couverte de sa blouse de scientifique. Elle arriva jusque devant la porte avec ce petit déjeuner improvisé et frappa à plusieurs reprises sur la porte. Lorsque celle-ci s'ouvra elle dît simplement.

"Désolée pour mon retard. Je t'ai ramené un petit déjeuner pour me faire pardonner."
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Lun 2 Mai - 18:29

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Sur la route pour Beacon, j’ai fait bien attention à ne pas me faire suivre par des membres de la White Fang. On ne sait jamais, peut-être le fait d’avoir déconnecté Mist les est alerté. J’évite d’emprunter les routes principales bondées et privilégiant les petits chemins plus dégagés. Plusieurs fois, je crois bien que des personnes en voitures me suivent, mais elles me dépassent bien vite. J’arrive plus d’une heure après, sain et sauf, à l’Académie. Je juche ma sœur de cœur sur mon dos et me dirige rapidement vers les labos ayant accueilli les prémices du projet Mist. Je pars à la recherche du Professeure Kinomoto, directrice du projet Mist. Je tombe sur elle par le plus grand des hasards dans un couloir.

-Sakura ! L’appelé-je. J’ai besoin de toi !
-Tiens, Alice, dit-elle avec un grand sourire. Ça fait longtemps. Que me vaut l’honneur de ta…

Elle s’interrompt quand, je pense, elle remarque enfin ce que j’ai sur le dos.

-C’est bien elle ? Tu en es sur ? demande-t-elle d’un ton grave.
-Professeur, je sais encore reconnaitre ma sœur de cœur. Même si c’est vrai qu’elle est actuellement sous l’influence d’un autre code. Mais, il faut faire vite. J’ai bien peur qu’il s’agisse de la White Fang qui soit derrière tout ça. Ils ont dû, par je ne sais quel moyen, réussir à nous la capturer et ont implanté leur propre code. J’ai fait du mieux que je peux pour la raisonner, mais rien grand-chose ne marcha. Jusqu’à un certain moment où je lui ai montré de vrais souvenirs d’elle. Elle a réagi ! Elle niait certes, mais quelque chose en elle a réagi. Je pense que notre Mist est encore là. On peut la réparer. J’ai un backup de sa mémoire et de son programme dans une planque à moi.
-Épatant. Laisse-moi la regarder. Sa structure externe est endommagée. Vous avez dû combattre, j’imagine. Tu as procédé à l’arrêt d’urgence à ce que je vois. C’était effectivement préférable. Qui sait quel genre de traceur il peut y avoir en elle. Par contre, toute l’architecture interne est en parfait état. C’est un soulagement. Viens avec moi, Alice.

Nous nous dirigeons vers la salle de réparation du laboratoire. Elle me demande de placer la carcasse de Mist sur la table de réparation et pianote rapidement sur plusieurs claviers répandus sur une multitude de bureaux. Plusieurs bras mécaniques entrent en actions pour réparer les composantes mécaniques et la peau synthétique de mon amie. Je regarde l’androïde se faire triturer avec espoir. L’espoir de retrouver enfin celle qui est si chère à mon cœur. Je demande à Sakura de bien prendre soin d’elle et si Mist pouvait garder la mémoire des évènements qui s’était déroulée depuis sa mise en marche. Mais, je conviens qu’il faudra nettoyer son code pour ne rien laisser de celui de la White Fang. Elle me sourit et me dit de rentrer au dortoir et de me reposer après lui avoir remis la carte mémoire et pendant qu’elle s’occupe de faire ce qu’il faut pour Mist. Je jette un dernier coup d’œil et vois des câbles s’attacher par les ports dans son dos. Je soupire et me retourne pour me diriger vers ma planque.

-Une dernière chose, elle sera effectivement comme avant, mais il faudra peut-être qu’elle réapprenne certaines des choses qu’elle a apprises. Reste là pour elle, s’il te plaît, Alice.
-Bien sûr. Elle a été la pour moi quand j’étais au fond du gouffre. C’est mon devoir en tant que grande sœur d’être la pour elle.
-Je suis heureuse qu’elle ait quelqu’un comme toi à ces côtés. On a tous besoin de compagnons qui veillent sur nous.

Le réveil est dur, surtout quand on attend quelque chose. Ça fait huit jours que je patiente. Je vais la voir tous les jours dans l’aspiration à la revoir enfin sourire de nouveau. Je regarde mon horloge digitale non loin de moi, il affiche 6 h. Je me dis pour la première fois que cette chambre est bien vide et silencieuse. Il n’y a pas d’ambiance comme dans certaines chambres, comme dans la célèbre chambre de la team RWBY ou celle de la team MASK. Je me lève de mon lit avec peine, je n’ai envie de rien. Je me regarde dans le miroir et j’ai mes cheveux en pagaille. Je regarde ma robe bleue accrochée à un cintre et la flemme m’envahit. Je l’enfile pourtant. Je commence à me brosser les dents quand une personne frappe à ma porte. Je me dirige vers la source du bruit, toujours la brosse à dents dans la bouche, et ouvre la porte.

-Désolée pour mon retard. Je t’ai ramené un petit déjeuner pour me faire pardonner, dit une voix qui m’est fort familière.

J’ouvre grand la bouche, surpris par la silhouette se tenant devant moi, ma brosse à dent en tombe même, et la saisie très fort entre mes bras.

-Tu es enfin revenue, dis-je en pleurant de plus belle. Je t’ai tant attendue. Tu m’as tellement manquée.

Je sèche mes larmes et l’invite donc à entrer.


_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Mer 11 Mai - 15:47

Ce fût un sentiment étrange que l'androïde ressentît alors lorsqu'elle vît face à elle la jeune humaine. Elle pensait simplement qu'elle se salueraient, qu'elles discuteraient posément et que tout redeviendrait comme autrefois. Cependant les remords assaillirent la machine. Pouvait-elle vraiment continuer de prétendre au rôle d'amie ou même de sœur après l'avoir lâchement abandonnée de la sorte ? Peut-être était-elle en colère ? Peut-être ne voulait-elle plus la machine pour cela ? Non, après tout c'était elle qui l'avait ramenée de force ici. Mais ce nouveau sentiment perturbait fortement les pensées de Mist et elle s'embrouillait seule dans ses réflexions. En un sens, elle se sentait responsable de tout ce qu'elle avait pu faire et de tout ce que cela engendrait lorsqu'elle s'était faite capturer et reconfigurer. Elle n'avait pas sue rester auprès d'Alice pour la réconforter en cas de coups durs, elle avait laissée toute ses connaissances derrière elle sans même leurs laisser un mot d'adieu. Une fois de plus, l'androïde s'imagina ce qu'il en aurait été si elle avait eût la chance d'être humaine. Elle n'aurait pas pu être reconfigurée ainsi, elle serait simplement restée avec tout le monde. Heureusement, Alice l'acceptait tel qu'elle était. Peut-être que si cela n'avait pas été le cas, alors elle serait restée à jamais une machine. Après tout, qu'est ce qui faisait que nous existions ? Si ce n'est le fait d'être perçu par les autres ? Si Alice la considérait comme sa sœur, alors c'était ce qu'elle était. Ni plus ni moins. C'est à ce moment là qu'elle se rendît compte, elle n'avait pas besoin d'être humaine pour vivre pleinement, elle n'avait pas besoin d'être humaine pour avoir une famille, ni même pour avoir ses propres convictions et ses propres choses à protéger. Tout ce dont elle avait besoin, c'était de personnes dans la même trempe qu'Alice. Elle se promit d'ailleurs d'aller rendre visite à sa mère, le professeur Kinomoto pour lui signaler que tout allait bien. Elle ne respirait pas, n'avait aucun battement de cœur, ses sentiments étaient parfois brouillons et pourtant, pourtant elle se sentait entièrement vivante. L'on dît que sans cœur la vie est impossible, mais Mist avait un cœur. Pas celui auquel on pense en premier lieu, non son cœur n'était pas physique. Son cœur se trouvait simplement dans tous les êtres qu'elle souhaitait voir heureux. Alice était donc une partie de son cœur, elle existait grâce à ses collègues, ses amis, sa famille.

Alice fît tomber sa brosse à dents. La situation était plutôt comique. L'humaine qui d'habitude était toujours impeccablement coiffée, avait ce matin les cheveux formant une pagaille monstrueuse. L'expressions sur son visage semblait supplier un retour au lit dans les plus brefs délais. Mist se demanda si un jour elle pourrait rêver elle aussi, il s'agissait selon ce qu'on lui avait dit d'une sensation formidable. Peut-être que sa mère pourrait lui arranger cela un jour ? D'un coup Alice se jeta en avant étreindre la machine. Mist eût tout juste le temps d'écarter le plat pour éviter de tâcher la robe de la jeune imprudente. Elle aurait bien aimée la prendre dans ses bras à son tour, mais elle tenait le plat entre ses deux mains. Elle fût ensuite rassurée de voir qu'Alice ne semblait pas lui tenir rigueur de son absence prolongée. L’androïde voulût dire quelque chose à son tour, mais aucun mot ne parvint à sortir de sa gorge. Elle se contenta alors simplement de fixer Alice dans les yeux. Était-ce de sa faute si cette dernière pleurait ? C'était la même gêne que l'on pouvait ressentir que lorsque nous n'avions plus vu quelqu'un depuis longtemps. Avait-elle changée ?
Mist secoua alors la tête. Ce dont elle avait vraiment peur était quelque chose de purement égoïste. Elle s'en voulait sincèrement de penser cela, c'était quelque chose de vraiment horrible en un sens. Elle craignait d'avoir été remplacée. Que sa sœur ait trouvée une autre personne à qui se confier, qu'elle ait trouvée une autre sœur. Ainsi elle n'aurait plus besoin de la machine. Mist s'en voulût énormément de penser ainsi. Il était normal après tout pour Alice de vouloir se trouver d'autres amis si elle n'avait pas été là. Elle n'avait pas le droit de vouloir être sa seule sœur après tout et si l'humaine trouvait mieux qu'un vulgaire bout de ferraille alors du moment qu'elle était heureuse et entourée d'amis, c'était la seule chose qui comptait, non ? De nouveau Mist se sentit mal devant l'humaine.

Finalement cette dernière sécha ses larmes et invita la machine à entrer. C'était beaucoup d'honneur. Mist entra donc dans la pièce. Elle n'avait vraiment changée depuis tout ce temps. Toujours aussi vide. Un lit, un bureau, quelques armoires, une salle de bain... Autrefois, elles ne restaient de toute façon jamais bien longtemps en intérieur. Mais c'était tout de même un peu triste de voir cela. On passait tout une nuit dans sa chambre, soit prêt de huit heures. Alors rester autant de temps dans une pièce aussi morne, c'était triste. Mist elle même avait demandé à sa mère à ce que l'on pose au moins quelques petites peluches à côté de la chaise ou elle venait se recharger autrefois. Elle se sentait alors moins seule. Mist se promît alors de donner quelques unes de ses peluches à l'humaine. Peut-être qu'ainsi une part d'elle restera toujours à veiller sur elle ? Peut-être qu'Alice trouvera sa chambre plus amicale ? Elle commença par poser son plat sur le bureau qui de visu ne donnait envie à aucune personne sensée et elle se tourna pour faire face à Alice. Elle déclara alors.

"Désolée. Vraiment... Désolée de t'avoir laissée. Sauras-tu me pardonner ?..." Elle ne pût s'empêcher de continuer. "Est-ce que... Beaucoup de choses ont changées ici depuis mon départ ?" Evidemment la question qu'elle voulait réellement posée était : M'as tu remplacée ? Mais elle ne pouvait se permettre de faire preuve d'autant d’égoïsme. Elle ajouta alors voulant faire un effet comique : "Est-ce que tu mange bien ? Il faut manger pour grandir, tu sais. Regarde, je t'ai préparé quelque chose." Elle désigna alors le plat sortit d'un autre monde qui reposait sur le bureau. "Je sais que tu aimes les pommes alors, j'ai fais un gâteau avec celles-ci..."

Mist semblait gratter le sol de son pied, ne sachant pas vraiment quoi dire. Elle cherchait ses mots. Il lui fallait les mots justes, il lui fallait casser la gêne qu'elle éprouvait. Il y a des choses qui ne pouvaient être expliquées et simplement ressenties. Pourquoi éprouvait-elle cette gêne ? Alice avait toujours été là pour elle après tout, pourquoi elle aurait changée ? Pourquoi serait-elle devenue une toute autre personne ? Les deux se connaissaient et se comportaient comme des sœurs après tout. Alors pourquoi avait-elle peur de sa réaction ? C'était idiot ! Finalement elle lâcha : "Oh et puis zut." A son tour elle enlaça l'humaine. "Merci. Merci infiniment, ma sœur."
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Mar 31 Mai - 13:08

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Je suis surpris par les quelques questions qu’elle me pose. Mais je suis encore plus surprise quand elle se précipite à son tour dans mes bras en me remerciant pour ce que j’ai fait.

-Non, rien n’a changé depuis ton départ Mist. Enfin dans une moindre mesure je recommence à aller vers les gens, mais sinon tu restes la seule qui soit si chère à mon cœur, dis-je en lui caressant la tête d’un air attentionné.

Je desserre doucement son étreinte et lui dis que je dois finir de me préparer, car je suis quand même à moitié déshabillé et mal coiffé aussi. Je finis donc de faire ma toilette et, une fois propre comme un sou neuf, je lui parle enfin d’un sujet qui est important pour moi.

-Dis-moi, je voulais te demander. Le professeur Kinomoto est déjà d’accord, mais elle voulait que je te pose la question avant tout chose. Donc est ce que tu voudrais venir habiter, ici, avec moi ? Ça fait un moment que je trouve que cette pièce est trop grande et trop vide pour moi. Alors j’ai pensé à toi pour me tenir compagnie. Cela me ferait extrêmement plaisir si tu acceptais, mais je ne te force pas, hein.

Soudainement, la cloche qui annonce le commencement des cours retentit. Je regarde ma montre à gousset et constate qu’il est effectivement l’heure. Je m’excuse auprès de ma sœur de cœur et lui explique que je dois me présenté à un briefing à 7h30 tapante. Je l'invite à m'accompagner sur le chemin. Je saisis le plat que m'a préparer Mist au passage avant de quitter ma chambre.

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Mer 17 Aoû - 23:23

Aucune importance. Au moment présent, rien n'avait d'importance pour l'androïde si ce n'étaient les mots rassurants et pleins de chaleur maniés par l'humaine aux cheveux purs. C'était un bilan étrange une fois de plus que ressentait la machine au sein de ses codes. Alice était perçue comme une extension d'elle même, à un point tel que l'être mécanique ne se sentait plus elle même sans son alter-ego. Mist était une machine certes, mais à force de rester avec sa famille et de tisser des liens elle pouvait vivre pleinement tout comme chaque humain par procuration, et Alice possédait la place la plus importante au milieu de ces liens. Comment une machine a t-elle pu en venir au besoin de posséder des relations humaines ? Peut-être en était-il différent pour les autres androïdes qui en viendrait à s'humaniser de la sorte, mais pour la machine nommée Mist, il y avait une réponse très simple. Mist était une machine qui avait la particularité de copier tout ce qu'elle analysait. De base cela avait pour but qu'elle puisse tenir son poste en sachant défendre l’académie grâce au savoir des autres, mais cela ne se tenait pas seulement au domaine du combat. Mist copiait les façons de faire, les expressions, les phrases, les gestuelles, les sentiments de ceux qu'elle analysait. Lors de sa première activation, elle n'était qu'une simple machine suivant les ordres. Et grâce à une erreur, elle avait pu changer. Elle avait pu apprendre. Après son premier test en salle ou elle avait du suivre des ordres simples devant le professeur Kinomoto qu'elle appellerait plus tard "mère", elle avait était remise en mode veille pour être amené dans un autre laboratoire et ainsi corriger un problème qu'elle avait à l’œil gauche. Problème qui ne fût pas corriger en fin de compte. Suite à une erreur de transport, elle avait était déposée dans un local à jardin derrière l'établissement. Evidemment, enfermée dans une caisse, personne n'aurait pu se rendre compte de l'erreur de cargaison. Sa créatrice s'était d'ailleurs retrouvée bien embêtée en trouvant dans son laboratoire toute une cargaison de petites pelles et râteaux avec deux gros sachets de graines. De son côté l'androïde avait fini par se réactiver lorsque le jardinier avait ouvert la caisse. La prenant pour une élève, il s'était mis à lui faire la leçon, lui dire que ce n'était pas drôle de se cacher dans les caisses et que cela pouvait être dangereux. Lorsqu'il lui demanda ou elle avait caché les instruments de jardinage et qu'elle fût bien incapable de lui donner une réponse convenable, ne sachant elle même pas ce qu'elle faisait ici ni même pourquoi ni comment elle existait. Finalement, il ordonna à la machine d'aller voir ailleurs si il y était. Evidemment, Mist qui était une machine le prit au mot et s’exécuta sans dire un mot. Elle devait obéir au personnel de l’établissement. (Bien que les ordres de certaines personnes telles que sa créatrice aient un ordre d'importance supérieur.) Elle se mit alors à la recherche du jardinier à un autre endroit. Elle était un peu comme un enfant, ne se rendant pas compte de l'impossibilité de la tâche.

Elle avait erré quelques temps dans l'établissement avant que son scanner interne ne lui indique qu'elle n'avait presque plus d'énergie. Elle s'était alors décidée à demander des indications à quelqu'un. La première personne qu'elle avait aperçu faisait l'affaire. Une jeune fille aux longs cheveux blancs, simplement assise sur la pelouse. L'androïde vint alors se placer devant elle et s'exprima d'un ton neutre. "Ou est l'humain habillé de vert ?" Sa question ne menait nulle part, elle ne savait pas comment le décrire autrement. Elle ne connaissait pas encore son nom, ni sa profession. Elle ne savait même pas ce qu'était un jardinier. Elle resta quelques secondes sans bouger avant de reposer sa question simplement. Finalement, l'humaine ouvrit les yeux. Peut-être dormait-elle ? Peut-être voulait-elle ignorer la machine ? La fille assise dans l'herbe lui demanda alors de répéter la question, ce que Mist fît sans se presser ou s'agacer. De nouveau elle énonça cette simple question. "Ou est l'humain habillé de vert ?" L'humaine la fixa un temps avant de lui dire d'être plus précise que cela, sans quoi elle ne pourrait pas l'aider. Mist se tût alors un instant, se repassant virtuellement ce qu'elle avait vu et énonça alors. "Un mètre soixante-dix neuf. Cheveux mi-longs, grisonnants, attachés à l'arrière du crane avec un élastique de couleur rouge clair. Gants jaune, bottes vertes de caoutchouc, salopette verte sombre, veste grise tenue sous le bras, intonation de voix supérieur à la moyenne, sourcils froncés, dessin noir sur le bras." Mist resta quelques temps à fixer l'humaine qui semblait ne pas être certaine si la personne en face d'elle se moquait d'elle ou avait réellement besoin de son aide. Finalement l'androïde voulût ajouter que l'homme cherchait du matériel de jardinage, mais le temps passer à se répéter fît qu'elle se désactiva, tombant inerte devant l'humaine.

Lorsque l'androïde reprit connaissance, elle était de nouveau dans le laboratoire. Elle ne savait pas réellement combien de temps s'était écoulé depuis sa perte de connaissance mais cela ne lui importait que peu. Elle se releva et voulu repartir à la recherche de l'homme mais la voix de sa créatrice se fît entendre. Le professeur Kinomoto qui était présente dans la pièce lui rassura qu'il était inutile d'aller le chercher. Elle lui expliqua alors qu'elle l'avait retrouvée dans la cour tandis qu'une élève nommée Alice Branfubh tentait de la soulever difficilement. (En effet dû à son corps de métal, Mist a toujours été très lourde.) L'élève fût alors remerciée par le professeur pour avoir pris soin de sa machine durant ce malheureux contretemps. Le professeur ajouta à l'attention de Mist qu'elle devrait elle aussi aller remercier cette élève pour avoir sacrifiée de son temps libre pour elle. Mist passa la journée à apprendre les bases en regardant des vidéos que lui passait sa mère, lui expliquant l'histoire de l’académie, ce qu'était un Grimm, comment le monde était composé, quel serait son rôle dans la société. A la nuit tombée, elle demanda à sa mère ou elle pouvait trouvait l'élève sus-nommée Alice Branfubh et lorsqu'elle eût la réponse elle se rendit jusqu'à la chambre de cette dernière. Elle entra simplement sans prendre la peine de frapper ou d'indiquer sa venue et se retrouva nez-à-nez avec l'humaine qui sembla interloquée. Mist entama alors son discours. "Merci Alice Branfubh, je ne saurais vous remercier juste avec des mots alors puissiez vous accepter ce présent que je vous offre." Elle sortit alors de sa poche un bonbon de gélatine en forme d'ours qu'elle avait récupérer plus tôt, le tout en se mettant un genou à terre. Elle venait de copier la scène d'un très vieux film d'amour qu'elle avait vu dans l'après midi. Alice la fixa un instant avant de pouffer de rire. Finalement la soirée s'était terminée avec les deux faisant connaissance devant la fenêtre. Mist essayant de comprendre ce que signifiait "rire". Elle lui avait demander pourquoi elle s'était mise à répéter des sons forts à intervalle irrégulier et l'humaine à la peau de porcelaine s'était mise en tête de lui expliquer. Evidemment, elle avait compris que Mist était une machine ce qui simplifia énormément le dialogue. Les jours passèrent et Mist commença à rendre visite de plus en plus souvent à Alice, tout d'abord avec pour seul but d'apprendre, puis peu à peu juste pour voir cette élève et discuter de choses triviales. L'androïde ne pouvait se rappeler à partir de quand exactement elle plaça Alice dans la case amie puis sœur, mais une chose était certaine aujourd'hui. Cette erreur de cargaison lui avait offert la personne la plus précieuse à ses yeux. Copiant l'affection qu'Alice lui éprouvait, elle fût elle aussi capable de se trouver des êtres qui lui étaient chers.

De retour dans le présent, Mist sentit qu'Alice s'écartait d'elle. Elle termina de se coiffer, de se toiletter. Par le passé elles avaient souvent ris sur cela, Mist ne comprenant pas l'utilité de se coiffer ou de se parfumer. Mais aujourd'hui elle ne dit mot et se contenta d'observer la chambre, se rappelant du passé. Alice réapparut alors devant la machine. Elle était désormais comme à l'accoutumé, parfaitement coiffée, parfaitement habillée. En un sens, Alice était une très belle fille mais jamais Mist ne l'avait complimenté sur le sujet. Elle n'arrivait pas à définir le beau du laid pour ce qui était du visuel. Elle avait cependant dît de nombreuse fois à Alice lorsqu'elle ne se sentait pas bien que sa personnalité était la plus magnifique qu'elle ait jamais vu. Alice lui posa alors une question. Elle lui fît une demande qui rendît Mist particulièrement heureuse et fière. Elle lui faisait assez confiance à elle en tant qu'amie pour partager sa chambre. La frontière Machine/Homme n'avait jamais empêchée les deux amies de passer du temps ensemble ou de ne pas s’apprécier. Alors que Mist allait répondre, la cloche sonna. Alice la coupa pour lui dire avec un air empressée qu'elle allait être en retard pour un briefing matinal. Elle saisissait le plat et sortit en invitant la machine à l'accompagner jusqu'au lieu. Mist se mit alors en route juste à côté de sa sœur. Toujours pieds nus, une simple blouse sur elle. Elle resta silencieuse un temps. Elle avait une idée en tête, mais si elle la réalisait bien que ce serait un fort atout pour l’académie elle se retrouverait séparée d'Alice et ne pourrait donc pas accepter. De plus elle n'était pas certaine d'être reprise à l’académie à son poste de chef-surveillante après avoir travaillé pour l'ennemi... Finalement, elle ne sût se résoudre à donner une réponse et elles arrivèrent devant la salle. Mist décida alors de se donner du temps.

"Alice. Je vais t'attendre ici. Lorsque tu auras terminé ton briefing, je te donnerais ma réponse."
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Jeu 18 Aoû - 21:49

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Je rentre dans la salle de réunion. Grey Irax Skamov m’attend, comme à son habitude, bien calé dans le dossier de sa chaise de bureau.

-Ah, demoiselle Branfubh. À l’heure comme toujours. C’est bien la ponctualité, c’est un signe de rigueur.
-Je vous remercie. Je suis prête Docteur, vous pouvez commencer, dis-je poliment en m’assaillant en face de lui sur un pupitre.

Je sors également de quoi prendre quelques notes éventuelles. L’exposé commence assez rapidement, m’expliquant l’endroit où nous devions nous rendre avec qui je devais faire équipe. Rowan Cana. C’est qui ? Peut-être le frère du Cana que moi je connais. Enfin bref, quelque chose me turlupine. On ne me dit pas en quoi consiste la mission. J’ai toutes les informations qui me seraient utiles, mais pas cela.

-Pourquoi ne voulez-vous pas me dire ce que nous devons faire au Mont Glen, Professeur ? demandé-je.
-Et bien c’est que… répondit-il troublé. Cela ne va pas vous plaire ma chère.
-Dites toujours, on verra bien.

Quand il me révèle la raison de cette mission, je ne peux réprimer un « QUOI ?! » tonitruant. Je pense que même Mist l’a entendu du couloir. Je ramasse mes affaires expressément en disant que je viendrai, mais pas de gaité de cœur et claque la porte en sortant.

-Franchement, il y a des moments où les gens commencent tout doucement à exagérer et à se foutre de la gueule du monde ! Vociféré-je.
-Ils veulent m’envoyer au Mont Glen pour un teste mental, rajouté-je à l’intention de ma sœur de cœur. Et je pars maintenant…


Je pars d’un pas fulminant, qui j’espère n’affectera pas trop ma compagne, en direction de l’héliport. Je lui fais quand même un signe pour qu’elle me suive. Je ne veux pas partir sans lui dire au revoir.

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Ven 19 Aoû - 6:49

Alice s'engouffra dans la salle de réunion seule tandis que Mist resta devant l'entrée à fixer son dos. L'androïde n'avait encore jamais eu le besoin d'entrer dans cette pièce donc elle ne pouvait que faire une reproduction de ce qu'il se passait à l’intérieur avec le savoir commun qu'elle possédait des salles de réunions. Elle visualisait beaucoup de bureaux, tous en cercles de façon à ce que chacun puisse se voir. Mais peut-être en était-il différemment ? Elle enregistra un message à l'attention d'elle même lui disant de vérifier cette salle lorsque elle aurait le temps. Les premiers élèves commencèrent alors à passer dans les couloirs obligeant Mist à se placer de façon droite devant la porte. Elle était en ce moment en infraction concernant le code vestimentaire de l'établissement, mais décida de garder la tête haute et de rester bien droite de façon à ce qu'elle n'ait que la tenue à se reprocher et non la posture. Elle réalisa qu'elle aurait du demander à son amie présente il y a peu si elle pouvait lui emprunter le minimum syndical pour être vêtue convenablement. De toute façon, il était désormais trop tard et les élèves qui passeraient par ce couloir ne tardèrent pas à remarque son manque de tenue. Il y eut des rires, des moqueries, des rougissements, des indignations. Mais l'androïde n'en tenait pas rigueur. Elle n'aurait éprouver aucune honte à se retrouver nue devant quelqu'un, cependant elle était bien plus concernée par le fait qu'elle ne devait pas être contre les règles de l'établissement et qu'au contraire elle devait être un modèle pour les élèves. Officiellement, elle n'avait pas encore retrouvé son poste et après le problème qu'elle avait eu, il était bien incertain qu'elle puisse le retrouver un jour. Mais il n'en restait pas moins qu'elle avait été conçue pour respecter les règles et que donc ce manquement au règlement lui causait des contradictions internes. Elle resta donc ainsi, fixant droit devant elle sans bouger ne serait-ce qu'un poil.

Un son bruyant se fît alors entendre de l’intérieur de la salle. Plus qu'un son, il s'agissait d'un cri de protestation et la machine n'en reconnaissait que trop bien l'auteure de ce dernier. Ce cri était tellement puissant qu'un jeune garçon qui passait devant la porte sursauta en lâchant un petit cri de surprise avant de rougir et d’accélérer le pas. Par automatisme, Mist voulût lui rappeler qu'il était interdit de courir dans l'enceinte de l'établissement mais elle se ravisa n'étant pas en service et n'étant pas au moment précis la mieux placée pour faire une reproche. Elle resta donc silencieuse devant la porte. A l’intérieur, Alice devait certainement tempêster envers son ou ses interlocuteurs. La fille de métal n'eût pas le temps de s'écrire plus de scénario au sein de son processeur que la fille qui y était entrée plus tôt en ressortit en claquant la porte dans un bruit tumultueux. Elle voulût lui rappeler qu'il fallait être soigneux avec le matériel de l'établissement mais une fois de plus se ravisa pour les mêmes raisons que la première fois. L'humaine commença tout d'abord par s'exprimer avec une forte intonation dans la voix montrant toute sa rage du moment. Cependant Mist ne comprenait pas très bien le sens des paroles de sa précieuse amie. L'expression se foutre de la gueule du monde lui était alors inconnue, elle se contenta d’acquiescer doucement sans rien dire en attendant qu'Alice continue son explication. Elle n'eût pas à attendre bien longtemps, la fille aux cheveux d'argent continua son récit, expliquant qu'elle devait rejoindre sur le champ le Mont Glen pour y passer un test. Mais ce qui agaçait cette dernière, c'était la nature du test. Un test qui évaluerait si elle est apte émotionnellement et mentalement à détenir le titre de hunter. Mist ne comprenait pas sa colère soudaine, elle était persuadée qu'il ne s'agissait que d'un test bénin et que sa sœur le conclurait dans les plus brefs délais avec une facilité alarmante. Elle voulût aussi lui expliquer que ce n'était pas en claquant les portes et en criant dans les couloirs que la tâche de son test lui serait facilitée, au contraire. Cependant, elle n'eut pas le temps de sortir un simple mot que cette dernière partait déjà d'un pas rapide.

Mist commença à énoncer une phrase mais se ravisa. "Il ne faut pas cour-... Peu importe..." Puis elle se contenta de suivre silencieusement sa sœur. Finalement elle arrivèrent dans la zone d'embarcation et Mist n'avait pas le droit d'aller plus loin sans autorisation. Elle retint alors le bras d'Alice et énonça d'un ton calme. "Tu n'as pas à t'en faire Alice. Ce n'est l'histoire que de quelques jours, au plus long une semaine. Comme habituellement, tu vas remporter ce test haut la main. Je ne bougerais pas de l'établissement et attendrait ton retour." Finalement les deux amies se serrèrent rapidement dans les bras comme il était coutume de le faire lors d'un au revoir avant que la jeune humaine ne s'éclipse loin de la vue de la machine. N'ayant rien à faire, Mist rentra au laboratoire de sa créatrice, le professeur Kinomoto. Il s'agissait là d'une femme d'un très grand intellect concernant les sciences formelles mais qui pouvait parfois se montrer naïve ou même un peu trop enjouée pour quelqu'un ayant un poste de cette importance. Etant la créatrice de Mist, elle se comportait bien souvent plus comme une mère que comme un professeur vis-à-vis de cette dernière et bien que cette personne avait une importance capitale pour l'androïde, cette dernière n'avait encore jamais réussie à l'appeler "Maman". C'était toujours "Professeur" ou "Mademoiselle Kinomoto". Mist avait tout simplement beaucoup trop de respect pour le professeur pour la nommer ainsi. La jeune femme n'avait pas encore d'enfant biologique et la machine ne voulait surtout pas se sentir invasif lorsque le professeur aurait son premier né. Elle n'était d'ailleurs pas au courant concernant la façon qu'avaient les faunus et humains de se créer entre eux. Elle savait juste que lorsqu'un individu mâle et un individu femelle passait beaucoup de temps ensemble, il arrivait parfois qu'un être vivant se crée au sein de l'individu femelle. Elle ne pouvait encore saisir toutes les subtilités des êtres vivants mais à chaque fois qu'elle passait du temps avec eux elle en apprenait un peu plus et elle était persuadée qu'un jour elle pourrait à son tour apprendre quelque chose à quelqu'un.

Finalement elle entra dans le laboratoire. Il était désormais huit heure et dix-sept minutes et les lumières étaient allumées. La voix du professeur se fît entendre. "Ah-ah ! Ma blouse était donc ici." Mist se tourna et vît apparaître sa créatrice qui travaillait devant le terminal posé sur son bureau. Cette dernière se rapprocha et posa une main sur l'épaule de sa création. "Excuse moi Mist, je ne pensais pas que tu allais te réactiver avant ce soir. J'aurais du laisser de quoi te couvrir. Mais j'aurais aussi pensé que tu serais rester sagement ici à m'attendre." Mist reçu alors une petite frappe sur la tête, étant une simple machine elle n'en éprouvait aucune douleur mais au contraire en ressortit une petite satisfaction de savoir que la personne qu'elle avait en face d'elle ne la voyait pas simplement comme un outil. Il n'en avait jamais été ainsi de toute manière. Restant neutre, Mist baissa la tête et déclara calmement. "Mes plus plates excuses professeur. Cela ne se reproduira plus. Je devais à tout prix remercier Alice pour m'avoir récupérée héroïquement aux mains de l'ennemi." Elle releva la tête et continua. "Je suis prête à reprendre du service et ce dès maintenant." Elle enleva alors la blouse qu'elle portait pour la rendre au professeur. Cette dernière lui demanda d'attendre quelques minutes, ce que Mist fît sans objecter. Mademoiselle Kinomoto revint alors avec des habits simples qu'elle tendît à la machine dévêtue. Cette dernière les enfila rapidement tandis que sa créatrice lui racontait ce qu'elle avait raté ici à l’académie, à quel point elle lui avait manquée, ce qui décrocha un faible sourire à l'androïde. Et finalement elle était de nouveau prête à travailler. Malheureusement, à cause de ce léger problème avec la White Fang, Mist se retrouva destituée de son poste. Les hautes instances pensèrent qu'il était trop dangereux de laisser quelqu'un qui pouvait se faire reprogrammer à un poste si important. Sa mère lui certifia alors qu'elle pourrait continuer son travail, mais qu'elle ne serait plus à la tête. Il s'agissait là d'une promotion en sens inverse. Désormais elle s'occuperait du nettoyage des sols de l’académie avec comme alliés dans cette tache un balai et un seau. Si elle avait été du caractère de sa sœur, peut-être l'aurait on entendu prononcer une objection bien plus forte que cette dernière. Mais Mist se fichait de cela. Elle n'était pas triste, ni en colère. Elle se donnerait à fond lors de sa prochaine tâche. Elle laissa simplement tomber un "Entendu." avant de sortir de la salle pour se rendre au placard à balais le plus proche non sans saluer sa créatrice avant de sortir.

Les couloirs proches des laboratoires étaient calmes et peu de gens y passaient, peu importaient les horaires. Mist pouvait alors marcher en plein milieu du couloir, prenant toute la place. D'un coup, elle reçu un message interne. Un message d'Alice Branfubh venait d'être reçu et après que ses antivirus internes verifièrent qu'il ne s'agissait pas d'un leur, elle décida d'en inspecter le contenu. Il s'agissait d'un simple message de caractères textuels.
[Tu te rends compte, tester ma psyché ? Il l’aurait fait il y a 2 ans, je comprendrais. Mais, maintenant que ça fait trois ans qu’il s’est passé ce qu’il s’est passé, cela me dépasse. J’ai tout fait pour leur prouver que je savais me contrôler. Heureusement que toi, tu es là. D’autant plus que je me retrouve avec ce Rowan. Je ne le connais ni d’Ève ni d’Adam, mais j’ai bien compris qu’il n’a pour moi que de l’antipathie. Enfin bref, j’espère que tout se passera bien pour toi pendant mon absence. J’ai grand-hâte de te retrouver. Prends soin de toi.]
Mist se contenta de sauvegarder le message avant de continuer son chemin. Décidément, Alice aimait se plaindre. Mais cela ne dérangeait pas l'androïde qui savait que son amie se plaignait plus par envie d'envoyer un message que de vraiment pleurer sur sa vie. Alice n'était pas le genre de personne à baisser les bras et à se complaire en protestations et larmes. Si quelque chose lui déplaisait, elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le changer. Mist trouvait ce trait de caractère, celui de ne jamais abandonner et de continuer quoi qu'il en fût, fort honorable. Affichant un petit sourire sur le visage, elle décida de ne pas lui répondre. Elle ne voulait certainement pas gêner Alice alors que la situation aurait pu être critique et puis les vitres et carreaux de l'académie ne se laveront pas tout seuls. Certains auraient pu trouver se travail dégradant, ce n'était pas le cas de la machine. Du moment qu'elle était utile à l'académie elle n'aurait rien à redire. Peut-être enverrait-elle tout de même un court message à Alice ce soir une fois que tout son travail serait terminé. Cela l'aiderait certainement si il s'agissait d'un test mental. Mist avait appris au fil des années que l'être humain augmentait ses capacités d'un bon pourcentage variable lorsqu'il se savait entouré et qu'il avait la confiance de ses congénères. Ou peut-être était-ce de la triche ? Quoi qu'il en était, l'androïde n'avait connaissance d'aucune règle lui interdisant de faire ceci. Son choix était donc fait, ce soir elle enverrait un message.

Finalement elle arriva devant le placard à balais qu'elle ouvrit en abaissant simplement la poignée. Il y avait des seaux, des balais, des produits nettoyants pour sol et vitre et encore tout un tas d'objets étranges inconnus de la machine. Quelque chose lui frappa alors dans l’œil. Une casquette de nettoyage. Sans perdre plus de temps, la fille de métal agrippa un balai suivi d'un seau qu'elle fît passer sous son bras avant d'ajuster la casquette. Elle plaça dans son seau les différents produits ménagers et referma la porte. Elle était fin prête à faire briller l'académie comme jamais. Elle s'aida de sa carte virtuelle de l'académie pour cibler au mieux son nettoyage. L'académie comportait de nombreux bâtiments et plusieurs étages. Pour traverser entièrement l'étage d'un bâtiment elle pouvait prendre jusqu'à dix bonnes minutes au vu de sa vitesse, de l'agencement des couloirs et peut-être plus si il y avait du trafique. Il fallait qu'elle évalue ses points forts et ses points faibles. Elle n'était pas des plus rapides, n'avait jamais eu affaire avec un travail de cet envergure et n'était non plus pas très grande ce qui lui rendait difficile certains meubles à nettoyer. Cependant elle avait de son côté tout un attirail de produits et de matériels pour l'aider dans sa tâche. Et plus que tout, elle ne ressentait pas la fatigue ou l'ennui de travailler. Elle n'avait pas besoin de faire de pause pour boire, souffler ou même manger. Il était actuellement presque onze heure pile. Elle savait qu'elle n'était pas seule à s'être fait confier la lourde tâche de nettoyer l'établissement et que chacune de ces personnes avaient leurs endroits assignés. Mist n'eut pas besoin de se rendre devant le superviseur des équipes de nettoyage, elle consulta simplement le planning avec les attributions de chacun pour trouver sa place. Finalement, sa parcelle comprenait les étages deux et trois du bâtiment central. Ces étages étaient pleines de salle de classes. Habituellement, les nettoyeurs attendaient qu'une salle se libère pour commencer leurs nettoyage et ils continuaient ainsi jusqu'à avoir terminé ou que l'heure de fin de travail fût annoncée. Cependant, ce n'était pas le cas de Mist. Son véritable atout, la principale raison qui lui avait fait hérité du statut de chef de la sécurité. Ce n'était pas sa force, sa maîtrise du combat ou encore son agilité qui la mettait sur le devant de la scène, loin de là. Mist était avant tout un ordinateur plus que puissant capable de lancer bons nombres de calculs et de simulations au même moment. Elle était douée en tant que chef de la sécurité car elle pouvait organiser chacune des personnes travaillant sous ses ordres de façon à ce que le périmètre entier de l'académie soit couvert en tout temps et que chacun soit placé au meilleur moment au meilleur endroit selon leurs points faibles et leurs points forts. Beacon était pour Mist une forteresse dont elle avait la garde, et telle une joueuse d’échec hors pair, elle protégeait le roi en plaçant ses troupes de façon à ne recevoir aucun coup inattendu. Ses prédictions stratégiques se révélaient le plus souvent corrects, son seul défaut dans le domaine était son inaptitude à prendre en compte les émotions de chacun dans son jugement. Et cela entraînait parfois à une erreur de calcul. Être un ordinateur était à la fois un atout mais aussi un point faible. Et c'est pour cela qu'elle n'avait jamais été douée pour les travaux en solitaire. Mist devait avoir au moins une personne à ses côtés pour espérer briller... tout comme le feront bientôt les sols de l’académie !

Elle téléchargea les plannings et cours de chaque classe de l'académie, puis vérifia quels étaient les cours reportés, quels étaient les professeurs absents et finalement elle pu réunir toutes les informations qu'elle avait collectée pour les mettre en équation ensemble. Selon l'agencement des salles, elle y passerait entre quinze et vingt minutes, trente pour les deux grandes salles du troisième étage. De plus, la plupart des élèves iront bientôt au réfectoire pour se nourrir. Pour certains la pause pouvait continuer jusque tard dans l'après midi. Tout ce qu'elle avait à faire était de définir un ordre de passage au sein des salles avec les informations collectées pour ne jamais tomber sur un moment creux ou elle se retrouverait dans l'impossibilité de travailler. Virtuellement, elle numérota chacune des salles dont elle avait la charge en prenant en compte le temps qu'elle mettrait à se mouvoir d'une salle à l'autre. Et finalement son schéma prit finalement forme au sein de sa mémoire vive. Elle emprunterait les escaliers nord deux fois pour monter, trois fois pour descendre. Ce qui laissait donc aux escaliers sud le contraire. Il était important qu'elle suive cet ordre précis pour ne pas se retrouver coincée dans un rassemblement d'élèves se rendant en cours ou les quittant :  

Départ au deuxième étage -> Escalier sud (Montée) -> Escalier sud (Descente) -> Escalier nord (Montée) -> Escalier nord (Descente) -> Escalier sud (Montée) -> Escalier nord (Descente) -> Escalier nord (Montée) -> Commencer à s'occuper des grandes salles -> Escalier sud (Descente) -> Escalier sud (Montée) -> Terminer les deux grandes salles -> Escalier nord descente -> Terminer le couloir. (Le tout en s'occupant évidemment des petites salles par ordre de numérotation.

Avec ce système, elle n'aurait à croiser aucun élève durant son temps de travail n'aurait donc pas à attendre. Et elle allait commencer sur le champ. Chaque minutes, chaque secondes étaient précieuses. Il en valait de la propreté de l'établissement et la machine ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas échouer. C'était une mission d'importance capitale, du moins au yeux de Mist. Les étudiants et personnel de l'établissement avaient le droit d'évoluer dans un environnement sain et c'était ce que la machine allait leur prodiguer. Se rendant sans attendre dans la première salle, le seau rempli d'eau et de produits, elle trempa son balai avec force dans ce dernier. Puis elle le sortit rapidement avant de le placer d'un coup sec sur le sol. Pas d'armoire dans cette salle, seulement des bureaux. Ce sera donc une salle de quinze minutes. Mist commença à frotter  poussières et traces sur le sol bien rapidement et facilement elle sortit un chiffon et l'aspergea de produit. En commençant par l'arrière de la salle elle gagnerait un temps précieux, cependant elle remarqua qu'elle avait oubliée de prendre en compte un point important du nettoyage. Elle laisserait des traces derrière elle en marchant sur le sol humide et se rendit compte qu'elle aurait du commencer par les bureaux. Elle décida qu'il s'agissait d'un bon moment pour laisser échapper une expression que les humains affectionnaient tant et qu'elle avait retenue d'un livre. "Sapristi." Étrangement, cela n'eut pas l'impact qu'elle escomptait. Peut-être aurait du t-elle le dire avec plus de véhémence en prenant exemple sur Alice ? Non, il n'était pas le moment de penser à cela, les minutes s'écoulaient et elle perdait un temps précieux. Elle pensa un temps à enlever ses chaussures et à sauter de table en table, mais ces dernières ne soutiendraient certainement pas son poids. D'un coup elle se rappela de quelque chose d'essentiel. Quelque chose qu'elle n'avait pas récupérée dans le placard ne comprenant pas son utilité. Les chaussures bleus de caoutchouc... Elle avaient l'air tout à fait appropriée pour marcher sur les sols humides sans laisser de trace. Le placard le plus proche était au rez-de chaussée. Rapidement elle se rendit compte qu'il n'y avait qu'un seul moyen pour elle d'aller les récupérer à temps. Même si cela réussissait elle serait serrée au niveau du temps. Elle ouvrit la fenêtre d'un grand coup, vérifia qu'il n'y avait personne en bas et se laissa tomber sur la pelouse. Avec l'aura certaines personnes pouvaient chuter de bien haut, alors pour une machine qui était faites de métal et non d'os c'était une partie de plaisir. Le choc désactiva toutefois son oeil qui n'avait jamais été fixé. Elle se releva rapidement, elle n'avait pas le temps de faire le tour du bâtiment pour se rendre jusqu'à l'entrée. Toutefois elle savait très bien ce qu'elle faisait. A cette heure ci, les fenêtres de la bibliothèque du rez-de-chaussée étaient toujours ouvertes. Mist s'engouffra à l’intérieur et coupa par cette dernière pour se rendre au couloir principal. Marchant rapidement mais sans courir car le règlement l'interdisait, elle ouvrit le placard et récupéra les fameuses chaussures de nettoyage. Elle était fin prête. Elle remonta en vitesse les étages pour terminer de nettoyer cette salle. Une fois sortie, elle remarqua qu'elle avait un retard de dix-huit secondes... Et d'un coup une autre solution lui vint en tête. Elle redescendit aussi rapidement que sa marche lui permit afin de récupérer second balai. Elle avait désormais quelques minutes de retard, mais cela n'avait plus d'importance. Elle se rendit donc dans la salle suivante. La situation était plus que critique et Mist n'avait d'autre choix que de tout mettre en oeuvre pour empêcher cette crise majeure. Il fallait que le nettoyage soit fait à tout prix !

"Activation du mode reproduction : Semblance. Donnée : Alice Branfubh."

Cela ne prit qu'un petit instant avant qu'un homme avec un large haut de forme ne se matérialise devant elle. Il était translucide et ne semblait pas matériel. Contrairement à l'original, celui-ci n'était qu'une copie. Il était incapable de prendre des décisions par lui même ou encore de pouvoir converser. Mist lui tendit le second balai et ce dernier commença à nettoyer avec elle dans le silence. C'était un peu triste en soit. Il n'avait aucune des couleurs chaleureuses de celui que possédait son amie, il ne pouvait pas parler. Il pouvait simplement s’exécuter... telle une machine.
Finalement Mist termina en un temps record le nettoyage des deux étages. Elle eût même le temps d'aller aider la personne s'occupant du rez-de-chaussé et du premier étage. Cependant, le chapelier ne tarda pas à disparaître et Mist commença à sentir sa désactivation qui approchait à grands pas. Elle rangea rapidement tout ce qu'elle avait récupérer et retourna au laboratoire de sa créatrice d'un pas lourd. Finalement elle s'écroula sans énergie devant la porte.

"Désolée Alice. Tu devras attendre pour ton message."

Le professeur Kinomoto ne tarda pas à la récupérer pour l'installer sur une table. Elle n'avait pas prévue que sa création utilise toute son énergie dans des tâches ménagères et n'avait pas de Dust à lui fournir avant le réapprovisionnement dans trois jours. Mist resta donc inerte durant ces trois jours, mais au moins l’académie était propre.

Cependant à son réveil, une mauvaise nouvelle l’attendait de pied ferme.

~

Voilà désormais presque un mois d'écoulé et Alice ne s'était toujours pas réveillée. Mist avait pu apprendre la tragédie lorsqu'elle avait reprise connaissance. Elle avait accourue jusqu'à l'infirmerie, bravant même l'interdit de courir dans les couloirs, pour tomber sur le corps endormie de son amie. Depuis ce jour, les capacités de nettoyage de l'androïde avaient baissées de plus de vingt pourcent. A chacun de ses temps libres elle se rendait à l'infirmerie pour tenir la main de la jeune fille en lui parlant de tout et de rien en espérant son réveil. Elle ne savait pas réellement ce qui lui était arrivée, mais cela s'était produit durant son test de mental. Elle ne savait pas non plus comment la guérir, mais le docteur avait laissé entendre qu'Alice bien qu'endormie pouvait peut-être encore entendre. Et donc Mist parlait. Encore et encore elle parlait au corps endormie de sa sœur. Elle qui habituellement ne parlais peu voir pas du tout, elle était devenue un véritable moulin à parole. Elle se sentait coupable, fautive. Peut-être que si elle avait envoyé un message d'encouragement, Alice ne serait pas rentrée ainsi. Lorsque l'heure des visites était terminée, elle harcelait le médecin pour savoir si il y avait du nouveau concernant le réveil de celle qui était prisonnière des bras de Morphée.
Un mois... Un mois de solitude. Un mois à veiller sur sa sœur. Elle aurait aimée lui dire avant qu'elle ne parte. Elle aurait aimée lui répondre haut et fort qu'en effet elle acceptait sa proposition de colocation. Mais tout cela était trop tard. Une fois de plus, l'heure des visites avait pris fin. Et une fois de plus, Mist quitta la pièce en traînant des pieds. Habituellement, elle ne traînait pas des pieds de la sorte, elle ne traînait d'ailleurs pas tout court. Pourquoi était-elle si impuissante ? Pourquoi ne pouvait-elle pas réveiller son amie ? Elle avait beaucoup lu sur le cas des comas dernièrement, espérant pouvoir faire quelque chose. Et bien qu'elle retenait à une vitesse fulgurante en sauvegardant simplement ce qu'elle lisait, elle ne trouva rien de concret. Au milieu de ce couloir, elle tomba à genoux. Ce n'était pas un manque d'énergie. Ses processeurs commençaient à lui indiquer qu'elle devrait peut-être commencer à imaginer un futur sans sa sœur. Un peu de poussière coula de ses yeux. Elle devait se rendre à l'évidence. Le réveil ou non d'Alice ne dépendait pas d'elle. Elle n'y pouvait rien.

"Désolée Alice. Je suis si impuissante."
Une voix chuchota alors à l'oreille de la machine.
"Je n'en suis pas si sûre. Je pense que tu peux faire quelque chose pour elle. En fait, je pense même que tu es la seule à pouvoir faire cela."

Mist se releva alors. Sa créatrice était là, simplement derrière elle. Elle avait d'énormes cernes sous les yeux et elle semblait ne pas avoir dormi depuis le retour d'Alice. Mist l'observait parfois le soir, travaillant jusqu'à tomber de fatigue, ouvrant des tas de livres, soudant parfois quelque chose, pianotant sur son clavier. Le professeur continua.

"Je pense avoir trouvé un moyen de ramener Alice parmi nous. Vois-tu, il a été révélé que quelque chose au sein de son rêve la maintenait dans cet état. Je pense avoir finalement trouvé un moyen de la réveiller."
"Détruire la chose qui la détient endormie ?"
Le professeur afficha un petit sourire faible à cause de la fatigue. "En effet. Cependant, nous ne pouvons pas atteindre l’immatériel. J'ai enfin terminé la machine sur laquelle je travaille depuis presque quinze jours. Nous allons pouvoir être capable de voir ses rêves à travers un écran. Mais ce n'est pas tout."
Mist passa son bras sur son visage. "Quoi donc ?"
"Si notre chère Alice n'a pu se réveiller seule, nous allons devoir lui donner un coup de main. Mist. Ta conscience est entièrement virtuelle. Tu te souviens lorsque tu n'avais pas encore de corps et que tu étais simplement une ligne de code sur mon ordinateur ? Je pense pouvoir t’insérer facilement dans la tête d'Alice. Mais je dois te prévenir, cela risque d'être dang-"
Mist lui coupa alors la parole. "J’accepte."

Peu importe les risques, sa sœur avait besoin d'elle et c'est tout ce qui comptait.
C'est ainsi que tout fût préparé pour le lendemain matin. Alice fût transportée au laboratoire du professeur Kinomoto. Décidément, il s'agissait d'une femme sur lequel on pouvait compter. Mist était particulièrement fière de l'avoir pour créatrice. Sans ce génie de la robotique et de l'informatique, aucun plan n'aurait été dévoilé pour sauver Alice. Sa capacité à créer, à imaginer, à trouver des solutions aux problèmes les plus ardus étaient vraiment des traits qui la rendaient spectaculaire. Mist se promit de ne pas oublier de la remercier comme il se doit une fois Alice sauvée. Elle se plaça alors sur une table et le professeur la désactiva pour récupérer sa conscience et la charger dans une étrange machine en forme de casque que l'on plaça sur le crane d'Alice. Le professeur fît alors les derniers ajustements et mit la machine en marche. L'écran s'alluma. Mist apparue sur ce dernier. Elle se trouvait dans une forêt, mais tout semblait flou, difforme, illogique, ce qui causa quelques problèmes au niveau du code de Mist qui ne pouvait comprendre ce qui était illogique. Le professeur Kinomoto s'empressa d'ajouter des lignes de codes à la machines pour palier ce léger contretemps et finalement, Mist fût capable de bouger au sein de ce rêve.

L'objectif de la mission était simple. Réveiller Alice, et pour ce faire elle devait déjà commencer par la trouver. Elle se mit donc en marche dans une direction aléatoire.
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Ven 19 Aoû - 23:48

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
La forêt des refoulés


Cette forêt n’est pas très accueillante. Le chemin que tu empreintes est sinistre et froid. Il aurait fait naître la peur et le doute chez plus d’un. Mais pas pour toi. Toi tu es là pour elle et rien ne pourra te détourner de ta route. Des racines crochues, des souches malicieuses, des lianes dangereuses. Tout ce que contiennent ces bois sordides et opaques pourrait être ton ennemi, même ce que tu ne peux percevoir. Pourtant par endroit, de belles fleurs s’offrent à ta vue, parfois plus grande que toi. Elle véhicule un message positif dans cette étendue régie par la désespérance. Tu ne le sais pas encore, mais c’est toi qui en as semé les graines six ans au paravent. Six ans pendant les quelle, grâce à toi, elle a pu combattre sa démence. Ta rencontre, bien qu’atypique, éveilla en elle un sentiment qu’elle n’avait pas connu depuis dix ans, l’espoir.

Dans 200 mètres, tu tomberas sur la première statue, reliquat d’un souvenir dont la fille aux cheveux d’argent ne veut pas se remémorer. Le morceau de pierre se montrera à toi sous la forme de son père, Lord Kelvin Branfubh, sauvagement assassiné par un Dark Hunter. Tu en verras d’autres sur ton chemin. Celle de sa mère, Lady Abigail, dépecée avec véhémence puis lâchement tuer. Celle de sa sœur, Elizabeth, âprement violée et froidement décapitée. Tu apprendras comment elle a sombré dans la psychose à travers ces visons des plus macabres. Ensuite, s’imposera à toi la représentation de son attaque et de sa défense par les prémisses de sa Semblance. Tu croiseras aussi les réminiscences de ce jour funeste où Bentje Majorell l’a de nouveau fait basculer dans la folie et où elle a tué deux membres de son équipe. Si tu les touches, tu pourras voir ces parties de sa mémoire. Le ferras-tu ?

Nous verrons bien, mais pour l’heure tu en es à l’orée de ton cheminement. Tu es d’ailleurs observé par un compagnon invisible depuis ton entrée en ces lieux. Il te fixe de ses yeux emplis de malice.

Pendant que tu marches sans but apparent, je te suis allégrement. Tu ne peux me voir, enfin tout du moins, pas encore. Seulement quand je l’aurais décidé. Tu cherches ton chemin, mais te perds de plus en plus en réalité. Si tu savais comme te voir dans cette situation m’amuse. Te savoir ici sans préparation aucune est d’un grotesque. On n’affronte pas le danger du Pays des Merveilles comme ça. Enfin, soit. Ce n’est pas encore l’heure pour le Chat du Cheshire d’apparaitre. Le Lapin Blanc vient à ta rencontre. Tu le trouveras après les statues. Il sera ton guide. J’ai hâte de voir ce que ton périple va donner cher Mist.

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Lun 22 Aoû - 6:09

Pas après pas, la ligne de code avançait sur le chemin tortueux qu'elle avait choisi d'emprunter. Bien que tout ce qui se déroulait ici découlait des pensées d'Alice Branfubh, Mist avait pu garder son apparence. Elle était habillée pareillement à sa première rencontre avec celle qui deviendrait rapidement la personne la plus importante pour le programme. Peut-être était-ce car l'inconscient d'Alice avait décidé qu'il en serait ainsi ? Quelle qu'en fût la réponse, Mist ne s'en souciait pas. Retrouver Alice, tel était son devoir sinon son unique préoccupation. Les deux amies avaient toujours étés présentes l'une pour l'autre depuis leurs rencontre, et ce n'était pas aujourd'hui que cela changerait. Quelque part dans cette jungle irréaliste se trouvait sa sœur, prisonnière de son rêve. Peut-être derrière l'un de ces arbres à l'écorce rugueuse ? Ou encore au détour d'une de ces roches parfois lisses, parfois écharpées ? Ou alors se cachait-elle sans doute avec l'aide des pétales imposantes d'une de ces fleurs qui n'avaient que trop poussées ? Finalement, l'exploratrice de ce monde hétérogène trébucha en se prenant les pieds sur une ronce qui ne semblaient pas être présente l'instant d'avant. Se retrouvant au sol, elle sembla entendre un petit rire provenant de la plante qui lui avait permis d'admirer le sol de plus près. Mist n'appréciait guère cet endroit, elle n'était qu'une intelligence artificielle envoyée dans une cervelle humaine et n'avait donc accès à aucun de ses capteurs. De plus, tout lui semblait si illogique, si impossible. Le cerveau humain était de toute évidence bien plus compliqué qu'un simple processeur et cela se ressentait grandement sur les capacités de Mist. Elle resta plus longtemps que nécessaire sur le sol à fixer la ronce, ne sachant pas si il s'agissait d'une erreur de sa part ou de la l'esprit rusée de la ronce qui avait décidée de changer de place.

Elle prit finalement appui sur ce qui semblait être ses jambes et se releva, gardant la ronce dans son champ de vision. Un monde ou l'on ne pouvait être certain de rien, ou les règles étaient absentes, ou les vérités pouvaient être mensonges et les mensonges vérités. Déstabilisée, Mist continuait alors son chemin en jetant des coups d'oeil discrets dans différentes direction. Finalement, elle se pencha pour passer à travers les imposantes fleurs colorées dont émanait une légère source de chaleur. Le soleil semblait peiner à traverser le feuillage des arbres ce qui laissait la forêt dans la pénombre. Et pourtant, sans raison logique, ces fleurs se permettaient de pousser et semblaient garder une forme olympique. Elles se démarquaient du reste de l'étendue sauvage. Pour une raison qui lui était inconnue, Mist savait qu'elle n'avait rien à craindre de ces plantes colorées et en venait à penser que rien ne pourrait lui arriver à proximité de ces dernières. Cependant, il n'était pas temps d'admirer le paysage ou de prendre du repos. De toute manière, elle n'avait pas besoin de se reposer. Elle continuerait d'avancer jusqu'à trouver sa soeur.
Elle trouva derrière les fleurs une imposante pierre taillée recouvert par la nature qui semblait reprendre ses droits. Une dalle de pierre se présentait devant cette dernière, l'on pouvait y lire l'inscription suivante : [Lord Kelvin Branfubh]
Mist s'en approcha pour inspecter de plus près cette imposante statue qui sortait du paysage. Il s'agissait d'un homme de taille respectable, particulièrement chic. Le titre devant son nom ne devait pas être une simple décoration. Il se tenait fièrement debout, fixant devant lui, comme si il mettait au défi quiconque de le faire descendre de son estrade de pierre. Alice ne parlait que peu de sa famille, mais l'homme de pierre partageait avec cette dernière le même nom ainsi que quelques caractéristiques physiques. Trop vieux pour être un frère, il devait s'agir de son père biologique. Toutefois, Alice n'était pas ici, ni devant, ni cachée derrière la statue. Mist tournait les talons et continuait alors ses recherches. L'avatar aux cheveux noirs n'eût pas le temps de faire une dizaine de pas qu'un bruit de pierre se fît entendre derrière elle. Elle se retourna donc bien évidemment pour apprendre l'origine de ce bruit. La statue était toujours présente mais arborait une forme différente. L'homme autrefois si fier, était désormais couché sur le sol, brisé. Mist savait qu'Alice avait perdue sa famille biologique. Peut-être le monde essayait-il de lui dire quelque chose ? De lui montrer une vérité insoupçonnée ?

Mist se tourna alors, laissant la statue à sa seule solitude. Trouver Alice était plus important que chercher la signification de ce monde. Quelques pas plus tard, une autre statue se révelait à sa personne. La statue d'une très belle femme d'un âge mûr, assise avec dignité sur un siège. De nouveau, il y avait une dalle faite de pierre sur laquelle était gravée un message : [Lady Abigail]
Mist en fît le tour, vérifiant si il y avait une quelconque trace de la présence d'Alice derrière celle-ci et se retrouva de nouveau devant la statue de cette Abigail sans aucun résultat ou piste. Cependant, la statue n'était désormais plus la même. La femme de roche était toujours présente, mais elle était affalée sur le siège au lieu de se tenir dignement. De plus, le ventre de cette dernière était désormais écarté, laissant apparaître des gravats s'écoulant sur le sol. Une fois de plus la statue avait changée sans que l'avatar ne se rende compte de quoi que ce soit. Une fois de plus, Mist continuait son chemin, laissant la statue derrière elle. Alice ne deviendrait pas l'une de ces statues, c'était un fait dont Mist s'assurerait bientôt. Une autre statue ne tarda pas à se dévoiler à elle. Une fille, bien plus jeune cette fois-ci, arborant un sourire calme. Cette fois-ci, Mist courût jusqu'à la statue, voulant vérifier la dalle. La personne ressemblait énormément à Alice. Etait-elle devenue une statue ? Non, l'avatar ne le permettrait pas. Elle fût finalement rassurée en lisant le texte gravée sur la dalle : [Elizabeth Branfubh]
Il devait certainement s'agir de sa sœur. Une fois de plus, Mist en fît le tour, soulevant les lianes, vérifiant si Alice ne s'y était pas cachée. Un petit bruit imperceptible vint alors à elle, sa réaction fût immédiate, elle sauta en arrière, évitant alors un bloc de pierre lui tombant dessus. Elle s'écarta précautionneusement de la statue de pierre dont la tête manquait désormais. Tête qui se trouvait désormais au sol. Ce monde était décidément dangereux. Cependant, rien de tout cela n'était réel. Mist pouvait elle être endommagée ici ? Pouvait-elle disparaître ? Pouvait elle se retrouver prisonnière de la tête de sa sœur ? Elle même n'avait pas la réponse à ces questions. C'était pour cela qu'elle était prudente. Sa prudence la conduisît alors à poursuivre avec patience le chemin qu'elle s'était choisi. Les statues se succédant, elle ne fût pas surprise d'en rencontrer une nouvelle. Alice était de marbre, sur le piédestal de roche. Mist ignora la dalle sur laquelle était inscrite le nom suivant : [Alice Branfubh]
Elle grimpa directement sur l'estrade de roche pour faire face à la copie de sa sœur. Elle était désormais si proche qu'elle pouvait la toucher de sa main. Elle n'avait qu'à tendre cette dernière. Il s'agissait bien d'Alice, Mist ne pouvait se tromper. Cependant la jeune humaine était bien plus jeune physiquement. Etait-ce vraiment Alice ? Une réminiscence de cette dernière ? La jeune fille aux yeux bleus posa alors sa main droite sur la joue de la statue. Elle se sentit alors plonger dans le vide. Tombant encore et encore sans pour autant sentir le sol se heurter à sa rencontre. Elle ne pouvait ni voir, ni entendre, ni sentir quoi que ce soit.

Finalement, elle pu de nouveau appréhender le monde. La forêt avait entièrement disparue, laissant place à un décor d’intérieur. Des habits pendaient tout autour de sa personne dans cet endroit confiné. D'ailleurs, qui était-elle ? Elle n'était plus Mist, ou du moins elle ne se reconnaissait plus. Des cheveux blancs pendaient sur ses épaules. Pourquoi était-elle devenue sa sœur ? Mais plus important, pourquoi tremblait-elle ? Elle ne comprenait pas ce qu'elle ressentait en ce moment présent. Pour la première fois de son existence, elle ressentait ce qu'était la crainte, la peur. Pour une raison qui lui était inconnue, elle ne voulait pas quitter ce petit espace confiné. Tremblante de légers spasmes, les larmes coulants parfois, il s'agissait pour le programme quelque chose de fort désagréable. Elle voulait être loin d'ici. Fuir, elle devait fuir. Mais d'un autre côté, elle voulait savoir. Elle voulait connaître la vérité. Une curiosité grandissante montant encore et encore la poussa à passer la tête à travers l'entre ouverture de la porte. Elle devait le voir d'elle même. Sa famille était-elle toujours présente ? Ce fût la une grave erreur. Une main. Certainement celle d'un démon, lui agrippa le cuir chevelu et la tira avec force hors de sa cachette. Puis plus rien. Seul un rire se répercutant avec écho dans la salle. Son rire. A moins que ce ne soit celui d'Alice ? Qui était-elle après tout ?

Tout se produisit rapidement. Le Chapelier, la Reine, le Lapin, le Chat. Tous quatre étaient apparus et avaient protégés la petite fille. Tout était flou, ce n'était pas le genre de spectacle dont la compréhension d'une enfant pouvait en retenir quoi que ce soit. Elle était sauve et les opposants avaient pris la fuite ou étaient morts. Couverte de sang, la petite fille rampa en direction des corps sans vie de sa famille. Les trois statues de la forêt. Sa mère, son père, sa sœur. Les larmes coulèrent sans discontinuité. Et finalement, elle se mise à hurler à la mort. Un cri sans sens aucun. Un simple cri de rage et de tristesse. Un cri qui appelait à la vengeance. Les tuer, les supprimer, les faire souffrir autant qu'ils l'avaient fait pleurer, leur prendre autant qu'ils avaient pu lui enlever.
Mist se retrouva alors elle même, criant dans la forêt, tremblant sur le sol. Elle ne souhaitait plus jamais ressentir cela. Était-ce ce que sa sœur avait pu endurer ? Certainement. Et pour la première fois de son existence, Mist était heureuse de ne pas être humaine pour ne pas ressentir toutes ces choses horribles habituellement. Elle resta quelques temps sur le sol avant de se relever faiblement en se tenant à la statue. Désormais, les quatre personnes qui lui étaient venus en aide étaient désormais aux côtés d'Alice sur la statue de pierre. Elle devait quitter cet endroit. Elle ne voulait plus jamais ressentir cela. Elle voulût commencer à crier, espérant que sa créatrice l'entende, qu'elle la fasse sortir d'ici. Cependant, il lui manquait quelque chose. Quelqu'un. Elle ne laisserait pas Alice terminer dans cet état végétatif. Jamais elle ne le permettrait. Elle sécha les larmes qu'elle avait encore sur les joues d'un revers de manche, pouvant étrangement pleurer normalement dans ce monde, puis continua sa route d'un pas décidé.

De nouveau, une statue de plus. Elle portait le nom de : [Team ALIS]
Deux élèves de l'académie reposaient au pied de sa sœur. Deux amis de cette dernière qu'elle avait sauvagement assassiné. Ce tragique incident. Mist ne voulût pas s'en approcher plus que nécessaire. Il était hors de question qu'elle revive une nouvelle fois le désespoir de la dernière statue. Oui Alice avait commit un crime. Il ne servait à rien de se mentir, elle avait du sang sur les mains. Le sang de ses amis qui plus est. Toutefois, il s'agissait du passé et non du présent. Alice était une hunter reconnue par l'établissement de Beacon et de ce fait, Mist n'avait aucune raison de lui tenir rigueur de fautes passées. Si jamais elle venait à replonger dans sa folie, les deux sœurs seraient contrainte de s'affronter. Mist obéissait aux règles de l'établissement et de sa créatrice. Si jamais il fallait stopper Alice, elle n'aurait d'autre choix que d'accepter. Et c'était précisément pour cela qu'elle ne laisserait jamais Alice reprendre le mauvais chemin. Les sœurs étaient sensées se soutenir, pas s'affronter. Elle laissa alors la statue derrière elle.

Finalement, la route sembla s'élargir et elle pu voir un peu mieux le soleil qui semblait autrefois inaccessible. Un bruit l'obligea alors à se tourner sur sa droite. Un petit lapin blanc, sautilla doucement vers elle. Le Lapin Blanc. Mist était certaine qu'il s'agissait de lui. Sous sa forme animal, il était si inoffensif. L'avatar mis alors un genou au sol et énonça la question suivante d'un ton neutre qui cachait l'inquiétude qui ne voulait pas la laisser depuis avoir eût ce contact avec la statue.

"Bonjour Lapin Blanc. Ou se trouve ta maîtresse ?"
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Mer 24 Aoû - 15:27

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Se dépêcher, vite. Elle vient d’arriver. Elle doit faire attention. Chaque action à des répercussions, ici. Il faut la guider. Je dois sauter plus vite. Je la vois enfin. Elle arrive vers moi.

Je ralentis finalement, reprenant mon souffle pendant une longue minute. Elle s’agenouille devant moi et me pose la fatidique question, sans même un préambule.

Bonjour Lapin Blanc. Où se trouve ta maîtresse ?
-Quand vas-tu retenir mon nom ? soupiré-je, pendant que je repasse sous ma forme humaine. C’est McTwisp, Nivens McTwisp.  Mais, quand bien même, tu es en retard ! Ça fait un mois que tu aurais dû débarquer ! Personne ne sait où elle se trouve. Toutes les Merveilles sont en émois. Viens, vite. On doit rejoindre les autres.
Je lui saisis le bras et part en direction du Manoir Toqué.


Tu te fais emporter bien malgré toi par ce Lapin un peu trop nerveux dans une direction qui n’inspirerait rien à personne. Pourtant, il s’y engouffre, confiant. Le sentier est long et sinueux, pas aussi lugubre que le chemin d’où tu viens, mais tout aussi peu rassurant. Le temps s’écoule lentement dans ce recoin obscur de la forêt.

Le Manoir Toqué


Après un certain temps, une clairière commencera à se dessiner devant vous deux. Un bâtiment émergera en son sein. Il te paraitra imposant et tout aussi lugubre que le reste. En t’en rapprochant, le brouillard environnant disparaitra pour laisser place à une autre partie de la bâtisse. La silhouette d’un homme, chapeau haut de forme visser sur la tête, t’attendra dans l’entrebâillement de l’immense porte d’entrée.


Dernière édition par Alice Branfubh le Dim 28 Aoû - 3:18, édité 1 fois

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Mer 24 Aoû - 18:18

L'être qui était autrefois lapin venait de devenir humain sous le regard de la fille de données. Devant elle se trouvait désormais un jeune homme au teint blafard qui ne pouvait être caché sous ses courts cheveux d'un blanc immaculé. Sur le dessus de son crane, pendaient deux longues oreilles blanches animales. Des oreilles de lapin pour être exact. Le jeune androgyne portait désormais sur lui des habits noir jais. Les habits lui collant fortement à la peau, l'on pouvait lui deviner une fine silhouette. Les ongles de ses mains étaient vernis de rouge, il s'agissait d'un fait voyant. Le rouge était la seule couleur que l'on pouvait distinguer du noir et du blanc sur cette personne. Cette même personne s'exprima alors d'un ton las, calme, soupirant. Il commença tout d'abord à reprocher à la jeune fille qui lui faisait face le fait de ne pas l'appeler par son nom. Nivens McTwisp, c'était ainsi qu'il s'appelait. Mist n'était pas sujette à l'oubli intentionnel de donnée, cependant la désignation "Lapin Blanc" était plus rapide et ne laissait planer aucun doute sur la personne qui lui faisait face. Il s'agissait bien d'une partie de la semblance d'Alice Branfubh. L'une des quatre parties d'une même pair. Le lapin s'excita alors, toujours dans les reproches, il insista cette fois-ci sur le fait que Mist était en retard. Beaucoup trop en retard. Ce qui était en effet le cas, cependant ce retard ne dépendait pas de sa volonté. Sa créatrice avait déjà eût bien du mal pour finir cette machine au plus vite qui lui avait permit de se rendre ici. Elle ne répondit pas et le laissa continuer. Il l'informa de la disparition d'Alice, personne ne connaissait son emplacement. Mist nota simplement le fait qu'elle allait devoir chercher encore. Elle voulût lui poser une autre question, mais se dernier lui saisissant le bras et se mît à courir, s'engouffrant plus profondément dans la forêt.

Tirée par cet étrange personnage, Mist dû courir de longues minutes sur ce chemin devenant de plus en plus impraticable. Elle ne tarda pas à devoir se courber pour passer entre lianes et ronces qui gorgeaient cette route. Sans dire un mot, l'avatar se contenta de suivre le lapin et ce, jusqu'à arriver dans une vaste clairière. Seuls les rayons de lunes permettaient de se repérer. Depuis quand le soleil avait laissé place à la lune ? La jeune fille n'en avait pas la moindre idée mais cela ne l'inquiétait pas. Peu importe le nombre de jours qui pouvaient bien passer ici, elle continuerait de chercher tant qu'elle n'aurait pas atteinte son but. Quelques ronces sur le sol, un peu de terre, quelques arbres morts dont les racines débordaient sur la route ainsi qu'un brouillard ambiant, telles étaient les informations dont pouvait recueillir Mist de la clairière. Au loin, une imposante bâtisse se faisait remarquer, dépassant de par sa hauteur le brouillard clair qui régnait ici bas. Le lapin continua de la tirer jusqu'à ce bâtiment. Les lieux étaient calmes, sobres et Mist s'y trouvait étrangement plus en sécurité que dans la forêt aux statues. Finalement, le bâtiment se laissa dévoiler dans toute sa grandeur. Il s'agissait très certainement d'un manoir ou d'un château. Le bâtiment était immense, autant en largeur qu'en hauteur. Un homme semblait les attendre. Dans l'ouverture de la porte se trouvait cet homme élégant, arborant comme à l'accoutumé son haut de forme classieux qui était appelé Le Chapelier Fou. Était-il fou ? Peut-être. Mist ne jugeait pas les gens de toute manière. Il pouvait très bien être ce qu'il souhaitait. Elle le salua donc.

"Bonjour Chapelier." Puis elle se tourna de nouveau vers le Lapin Blanc. "Vous aviez dît plus tôt que personne ne connaissait l'emplacement actuel d'Alice. Puis vous m'avez tiré jusqu'ici prétextant devoir retrouver les autres. Je ne nie pas le fait que vous revoir m'est appréciable, toutefois je dois trouver Alice Branfubh dans les plus brefs délais. Si vous n'avez pas la moindre piste la concernant alors nous gagnerons plus de temps à nous séparer et chercher chacun de notre côté. J'ai besoin d'un plan de la zone, je dois aussi savoir quels sont les endroits auxquels vous avez déjà patrouiller. A moins que vous possédiez un plan d'action en tête reposant sur le fait de retrouver les quatre parties de sa semblance soient réunies. Dans ce cas il serait plus effectif que vous partagiez avec moi les tenants et aboutissants de ce dernier. Quoi qu'il en soit, le temps est compté. Je compte sur vous."
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Dim 28 Aoû - 3:45

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Lièvre de Mars:
Tweedle Dee et Tweedle Dum:
Absolem:
Le Loir:
-Ma chère Mist ! Nous vous attendions, dit-il de sa voix suave. Si vous voulez bien vous donnez la peine d’entrer. Vous me feriez l’insigne honneur d’être mon invitée de marque.

Il t’invitera à entrer après cet accueil des plus polis. Et ce qu’il devrait te sauter aux yeux, c’est le contraste entre l’intérieure et l’extérieure. Autant les façades sont sombres et lugubres, autant les murs internes sont à l’image du Chapelier, un peu désaxé et affriolant. Après avoir marché quelques instants dans les couloirs du manoir, vous tomberez sur une porte, qui une fois passée, donne sur une grande pièce. Tu apercevras une foule de personnes discutant autour d’une table. Des gens que tu ne connais pas encore, mais qui, a ta grande surprise, te connaissent parfaitement. S’offrons à ta vue une paire de faux jumeaux, Tweedledee et Tweedledum, ils paraissent toujours un peu bizarres dans leur manière d’être ; le Loir, jeune fille habiller d’une légère armure, main sur la garde de son épée, mais somnolant face à toutes ces paroles ; une jeune femme richement parée aux oreilles de lièvre qui, tu l’apprendras très vite, est en fait la femme du Chapelier.

Ces personnages notables du monde des Merveilles, quoi que très atypique quand même, ont l’air de suivre les sages paroles d’une petite chenille, Absolem le sage.On te fera assoir en face de lui et le Chapelier te présentera à l’assemblée de la sorte :

-Mes amis, c’est un grand jour pour nous. Nous avons parmi nous la solution à tous nos problèmes, s’écriera-t-il.  La jeune Mist est arrivée ici dans l’espoir de sauver notre chère amie commune.
-Pourtant, interrompit Absolem, cela ne change rien au problème initial. Nous ne savons pas où la trouver. Jamais cela ne s’était produit au paravent. Nous sommes dans un cas inédit et cela nous met au pied du mur, car sans elle les merveilles auront du mal à s’entretenir.
-Laissons notre jeune amie, enchérie le lièvre, peut être aura-t-elle une idée.
-Surtout que généralement… Une tête reposée à toujours de meilleur idée, ajoutera en baillant le Loir.
-Pourtant, moi je sais où on pourrait potentiellement la trouvée, fit une voix sortie de nulle part.

Le Chat de Cheshire apparaitra subitement et ronronnera de son grand sourire un « Salut »



Dernière édition par Alice Branfubh le Jeu 1 Sep - 20:26, édité 1 fois

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Lun 29 Aoû - 17:13

Ignorant totalement les demandes de l'exploratrice des pensées, l'homme portant le haut de forme l'invita à entrer en y mettant la forme. Tout d'abord Mist pensa qu'il s'agissait là d'une perte de temps précieux qui auraient pu être utilisé à meilleur escient pour la recherche d'Alice. Rien ne lui était expliqué, elle n'avait aucune piste sur l'emplacement de sa sœur. Elle ne serait d'ailleurs pas entrée et serait repartie à la recherche d'Alice si le bon Chapelier n'avait pas précisé qu'elle était attendue. Si elle était attendue, elle pouvait en déduire logiquement que son hôte avait un plan d'action, une idée, une piste, quoi que ce soit qui pouvait permettre d'avancer les recherches de la jeune fille perdue dans ses songes. La jeune demoiselle baissa quelque peu la tête comme les codes l’exigeaient avant de remercier ce dernier.

"Je vous remercie Chapelier."

Ce dernier se recula quelque peu de la porte pour laisser le Lapin Blanc ainsi que Mist entrer dans ce qui semblait être sa demeure. L'ambiance intérieure était l'exact opposée de ce qui pouvait en être déduit de l’extérieur. L’intérieur était lumineux, les murs se tordaient dans certaines positions qui techniquement ne pouvaient permettre au manoir de tenir debout. Une fois de plus, cet illogisme mis à mal l'intelligence artificielle qui n'arrivait pas à concevoir l'impossible. Elle se contenta alors de suivre le Chapelier après que ce dernier ait refermé la porte d'entrée, seule gardienne de son lieu de repos. Le petit groupe de trois, ne se promena pas bien longtemps au milieu de ces couloirs et escaliers sans sens aucun. Rapidement, des voix se firent entendre. Derrière une porte de couloir, plusieurs personnes pouvaient être entendues, semblant converser ensemble. Peut-être était-ce eux qui attendaient la venu de l'avatar aux yeux bleus. Le Chapelier poussa alors la porte et les trois compagnons purent alors se retrouver dans une large pièce éclairée. Il s'agissait certainement d'une salle à manger comme pouvait en témoigner la grande table centrale autour de laquelle étaient agglutinés un bon nombre d'étranges personnages qui étaient inconnus des données mémorielles de Mist. Ils lui lancèrent tous un regard lors de son arrivé. Il y avait tout d'abord cette femme aux oreilles animales fort bien habillé d'une robe certainement coûteuse, une expression concentrée sur le visage. Non loin d'elle, presque endormie sur son siège, se trouvait une jeune femme portant sur elle un ersatz d'armure ainsi qu'à sa ceinture une épée longue bien à l'abris dans un fourreau. En face de ces deux filles étaient assis deux personnes se ressemblant dans leurs étranges gestuels et habits. Un garçon et une fille. Ils avaient tout deux quelque chose dans le regard, dans le visage de difforme, de dérangeant. Quelque chose qui pouvait mettre certaines personnes dans un état de malaise étouffant. La dernière personne composant cet étrange regroupement se trouvait sur la table elle-même. Il s'agissait d'une petite chenille se retenant sur une canne et portant une petite veste adaptée à sa taille. Mist se contenta de les saluer d'un "Bonjour." avant que le Chapelier ne l'amène à s'asseoir sur un siège au près de ces étranges personnages.

Le Chapelier enthousiaste se mît alors à présenter la nouvelle venue, s'écriant qu'elle était la solution à tous les problèmes qu'ils pouvaient avoir. Elle était en effet ici pour ramener Alice dans le monde des vivants, mais n'avait pour le moment pas véritablement avancé dans son objectif. La chenille coupa alors court à l'excitation de ce dernier, lui rappelant que l'emplacement d'Alice, maîtresse de ces lieux, était toujours inconnu de tous.
En effet. Il n'y avait aucune trace, aucune piste. Alice était perdue dans un monde qui était totalement inconnu de son amie et personne ici ne semblait vouloir lui donner ne serait-ce qu'une carte. Plus le temps passait, plus la tâche lui paraissait insurmontable. La femme aux oreilles de lièvre conseilla de laisser Mist proposer une solution, ce qu'elle avait fait à l'entrée mais qui fut totalement ignoré. La jeune endormie semblait aller dans le sens de la première. Quant à la principale concernée, Mist, elle restait silencieuse, fixant devant elle sans afficher le moindre agacement dont elle était dépourvu. Il devait bien y avoir une solution. Ce monde ne pouvait pas être infini, il devait bien y avoir des limites. Bien qu'un cerveau humain était quelque chose d'inégalable, il y avait bien un moment ou ce dernier arrivait aux limites de ces capacités. Les habitants avaient étés certains d'une chose. Celle d'avoir fouillé intégralement tous les endroits de ce monde. Donc... Donc que pouvait en retenir Mist ? Tous les endroits avaient étés fouillés de fond en comble... Et pourtant aucune trace d'Alice n'avait pu être discernée. D'un coup, Mist comprit alors ou était l'entourloupe, le facteur qui avait produit cet illogisme. Il n'y avait qu'une unique solution à la question existentielle : Ou se trouvait Alice Branfubh. Si ils n'avaient pas pu trouver Alice, c'était pour une raison bien simple. Alice n'était pas ici. Elle n'était pas dans le domaine du connu, il devait forcément y avoir un endroit, inconnu de tous, certainement caché par quelques artifices ou devait se trouver Alice. Un endroit inconnu de tous... Peut-être même un second plan, sur lequel Alice était déphasée, l'empêchant alors de communiquer avec eux. Ils allaient donc devoir se mettre en quête d'un lieu non répertorié avant de pouvoir trouver Alice.

Alors qu'elle allait annoncer le fin mot de ses calculs, une voix désagréable emplie de malice se fît entendre. Une voix disant connaître une piste pour retrouver la fille perdue. L'assemblée se tourna alors en direction de la voix. Apparût alors un jeune garçon des plus désagréable. Le Chat de Cheshire. Mist se contenta alors de le fixer. Pourquoi n'avait-il rien dit jusqu'à aujourd'hui dans ce cas ? Cela faisait bien trop longtemps qu'elle tournait en rond. Elle énonça d'une voix claire et précise.

"Dans ce cas parle. Dis nous ou peut se trouver Alice Branfubh. Le temps est compté et nous n'avons pas le temps de jouer aux apparitions furtives d'un chat malicieux. Toutefois, vous avez tout de même mes salutations."
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Mar 30 Aoû - 23:50

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Te souviens-tu comment on ressent quelque chose ? Peut-être pas en fait. Il y a pourtant encore un an, avant ton enlèvement, tu avais une multitude de sentiments. Quand tu as rencontré celle qui allait devenir ta sœur, il y a six ans, tu étais relativement semblable à maintenant, un peu étrangère aux sensations. Pendant les cinq années où tu l’as côtoyée, tu as commencé à éprouver des choses exogènes à ton code. Tu t’es interrogé et, à ton habitude, as posé diverses questions à Sakura et Alice. Quand tu as eu tes réponses, tu as décidé de cultiver ces émotions. Mais, maintenant, à la suite de cette mésaventure, tu ne ressens de nouveau que peu de choses.

Le propre du Pays des Merveilles est de rentre les choses impossibles possibles. Tu te rendras vite compte que ce monde agit sur toi aussi. Tu recommenceras à ressentir des choses à nouveau, de façon exponentielle d’ailleurs. Cela fait déjà effet, par ailleurs.  Plus tu passeras du temps ici, plus tu en éprouveras davantage et plus cela persistera dans le monde réel.

-Voyons, mes amis, le temps n’est rien ici. Juste une simple dimension malléable. Tu devrais le savoir, Lapin. Il se peut que notre chère amie se trouve dans un lieu tout autre.  Un lieu dont personne dans cet assemblé n’a jamais entendu parler. Pourtant, comment suis-je au courant ? Et bien, cela va s’en dire, je le tiens de quelqu’un d’autre. Mais qui ? L’une des rares qui est n’est pas ici.
-Chess, voyons, commence Mallymkun, le loir, d’un ton lent. Cesse tes belles paroles pleines de non-sens et dis-nous tout.
-Et bien… Il se peut que La Reine de Cœur ait en possession des informations concernant cet endroit
-La vilaine femme ? demande Tweedledee, le garçon des jumeaux. On ne va pas aller la voir au château quand même ?
-Il faut, Dee, rajoute sa sœur. Sans elle nous ne serons bientôt plus rien.

-Très bien, c’est décidé. Chapelier, énumère-t-il, Mallymkun, les Tweedles et toi, très chère Mist, vous irez jusqu’au Château de la Reine de Cœur et demanderez une audience avec elle. Tachez de nous la ramener.

Après un petit temps de préparation, d’un dernier échange passionné entre les deux maîtres de maison, vous vous mettrez en route pour votre destination, non sans être empli d’un certain espoir. Mais gare au endroit que tu vas rencontrer, les lieux ne sont pas sûr…

_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Jeu 1 Sep - 20:35

Selon le Chat, le temps n'était que néant ici, un simple axe pouvant être modifié. Modifié certes, mais selon le bon vouloir de quelle instance ? Décidément, le fameux Chat semblait toujours en savoir plus que quiconque et pourtant ce n'était qu'une impression car il ne le prouvait jamais de par ses actes. Se contentant de supposer, de parler, de sourire, sans jamais passer à l'acte. Peu importait à Mist le fait qu'ici le temps soit différent. Hors d'ici, dans le véritable monde physique le temps s'écoulait inlassablement et rien ne pourrait jamais y changer quelque chose. Cela faisait déjà un mois que sa sœur était ainsi perdue dans un coma sans fin, combien de temps fallait-il à ce Chat pour se dire qu'il y avait un problème et qu'il était temps d'agir ? Toutefois, se dernier avoua qu'Alice pouvait effectivement se trouver dans un lieu inconnu de tous. Enfin les choses avançaient, enfin il y avait un semblant de piste. Cependant le Chat continua son discours mielleux, jouant avec les mots, voulant parler en énigme, ne voulant révéler le nom de la personne qui avait pu le mettre au courant. Tout ceci comblé à son sourire figé qui ne semblait vouloir disparaître. Pourquoi ne semblait-il pas se soucier plus que cela d'Alice ? Pourquoi semblait-il vouloir ralentir ceux qui la cherchaient activement ? Mist se leva d'un coup, renversant au passage la chaise sur laquelle l'avatar se trouvait confortablement installée. Les mains posées sur la table elle fixait le Chat non sans arrières pensées. L'espace d'un instant elle se vit l'attraper pour l'obliger à dire une fois pour toute, sans détour comment trouver Alice Branfubh. Tout le monde se tût un instant, fixant la jeune fille. Pourquoi ce comportait-elle ainsi ? Ce n'était pas raisonnable d'agir ainsi, ce n'était pas logique. Pourquoi en cet instant présent souhaitait-elle voir le Chat malheureux ? Cela n'apporterait rien à personne. Impassible, elle continuait de fixer le sourire du jeune malicieux qui semblait s'amuser de tout cela. Elle ne se reconnaissait plus. Pourquoi ce soudain accès de vivacité ? Tout était la faute de cet endroit maudit. Le pays des merveilles, l'imaginaire foisonnant de sa sœur, était d'un illogisme à tout épreuve et commençait à déteindre sur Mist. Il commençait à devenir crucial de trouver Alice non seulement pour la santé de cette dernière mais aussi pour l'intégrité de l'intelligence artificielle.

Finalement Mist présenta ses excuses avant de relever la chaise qui longeait le sol et de s'y asseoir de nouveau. L'ambiance qui était désormais silencieuse fût sauvée par la fille en armure qui remît tout le monde sur le bon chemin en questionnant le Chat. Lui indiquant qu'il n'était plus l'heure de jouer avec les mots. Le Chat hésita alors tout d'abord, Mist le fixait intensément, si il ne parlait pas elle se contenterait de sortir d'ici et de repartir à la recherche de sa sœur seule. Elle n'avait perdue que trop de temps ici assise à cette table sans rien faire. Le Chat se décida alors à terminer sa phrase. Enfin il donnait une piste, enfin il donnait un nom concret. La Reine de Cœur savait donc ou se trouvait Alice ? Et elle n'avait rien fait ? N'avait averti personne si ce n'est ce maudit Chat ? Techniquement cela relevait de la trahison. Mais inutile de sauter aux conclusions hâtives, sans doute la femme avait une excellente raison. Quoi qu'il en était, une fois de plus le Chat ne savait rien de concret et s'était donné l'impression au près de tous qu'il détenait la solution miracle. Il savait juste que le groupe pourrait en apprendre plus et potentiellement entrevoir une piste si il venait à rencontrer la Reine de Cœur. Tout était bien plus simple pour l'avatar désormais. Elle devenait bien plus performant lorsqu'elle avait un objectif clair et précis. Dans le cas suivant il était simple, rencontrer la Reine. Bien qu'elle ne savait non plus ou la trouver, cette fois-ci les personnes présentes à la table pourraient l'aider. Le jeune garçon au visage étrange commença à se plaindre indiquant qu'il ne souhaitait pas rencontrer la "vilaine femme" selon ses mots. Mist voulût lui indiquer qu'elle n'avait pas besoin qu'il vienne, il suffisait simplement que l'on lui indique la direction à suivre. Si il n'avait aucune envie de venir, alors qu'il reste derrière, ainsi il ne ralentirait pas la jeune fille. Étrangement, la patience autrefois infinie de Mist commençait à se dégrader de plus en plus et cela lui fît presque dire des choses qui auraient pu êtres qualifiées de méchantes. Elle n'en eût malheureusement pas le temps, la jumelle de ce dernier le rappela à l'ordre lui indiquant qu'il n'avait pas le luxe d'avoir le choix. La chenille concluait le tout en annonçant les personnes qui se rendraient jusqu'au château de la Reine pour obtenir une audience. Il y avait tout d'abord le Chapelier Fou, un homme de confiance. Mist avait déjà pu le voir à l'oeuvre et elle savait qu'il serait non seulement utile mais aussi de bonne compagnie. La chevalière serait aussi de la partie, Mist se demanda si sa fatigue infinie ne la ralentirait pas lors de la marche. Et puis, au pire des cas elle se contenterait de la porter sur l'épaule. De plus elle ne semblait pas être une mauvaise fille et malgrès son ton molasson elle semblait vraiment vouloir retrouver Alice. Pour terminer, les deux jumeaux accompagneraient aussi Mist dans ce voyage pour le château de la Reine. Ce petit groupe allait tout faire, tout tenter pour sortir victorieux de la lourde tâche qui leur était confiée. Du moins, il en était ainsi pour Mist. Elle se leva de table remerciant la chenille et se mise directement en route. Toutefois, elle fût stoppée dans sa course en remarquant que personne ne la suivait. Ils avaient besoin de se préparer. L'avatar se posta alors contre la porte d'entrée et attendît le temps qu'il fallait. De toute manière, elle avait besoin d'un guide pour se rendre au château. Heureusement, ils ne mirent pas bien longtemps à se préparer et finalement, le groupe était fin prêt. Enfin la petite communauté pourrait partir en quête d'Alice Branfubh. Étaient-ils vraiment prêts ? Pas tout-à-fait, le Chapelier dût régler une dernière chose. Il fît ses au revoir à la femme aux oreilles de lièvre. Ils restèrent longtemps accrochés aux lèvres l'un de l'autre. Mist sentit qu'il ne s'agissait pas là juste de deux bons amis, mais que quelque chose de plus intime se produisait devant ses yeux. Un sentiment étrange, inconnu vint alors à elle. Ici, dans ce monde, elle se mit à rougir et à détourner le regard. Il s'agissait là de quelque chose de très ennuyant pour elle de ne plus pouvoir les fixer. Ce monde était vraiment très désagréable pour elle. Et pourtant une nouvelle curiosité naquît en elle. Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait des gens s'embrasser, cependant elle se moquait de voir cela auparavant et bien qu'elle n'en comprenait toujours pas la signification, désormais les voyants ainsi procéder à cet échange lui donna envie d'en savoir plus. Pourquoi faisaient-ils cela ? Qu'est ce que cela leurs apportait ? Concrètement, que ressentait-on en embrassant quelqu'un ? Elle jeta de nouveau un coup d’œil vers eux. Trop tard, ils venaient de se séparer et le Chapelier prît la tête du groupe en ouvrant d'un coup la grande double porte avec ses deux mains.

Enfin, ils se retrouvèrent dehors. Et le chemin ne faisait que commencer. Mist décida de marcher aux côtés de ce dernier pour lui poser durant le voyage les questions qui lui étaient venues plus tôt.

"Chapelier. Cette faunus avec qui vous étiez très proche physiquement. Qui est-elle ? Pourquoi l'avoir embrassé ? Qu'est ce que cela vous apporte ?"

Tandis qu'ils marchaient, elle voulait mettre ce temps à bon escient, pour en apprendre plus sur la chose qui lui était inconnue. Peut-être n'y avait-il pas que du mauvais dans ce monde illogique.

_________________
± Thèmes de Mist : (Slice of life) // (Combat) ±
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Alice Branfubh le Mer 7 Sep - 21:04

ft. Mist Azuréan

ft. Alice Branfubh

Soeur
Warg:
-Faunus… Je ne comprendrai jamais pourquoi vous les avez baptisés ainsi. Le Lièvre de Mars, son cousin le Lapin Blanc et même Chess sont des humains tout ce qu’il y a de plus normal, comme vous et moi. Juste avec des appendices d’animaux. Cela ne mérite pas de les appeler autrement. Gaenor est ma femme. Et un baiser peut prendre une kyrielle de significations. C’est avant tout une cristallisation de l’amour que je lui porte, mais dans ce cas précis c’est une promesse de mon retour auprès d’elle. Ça m’apporte une sensation de bien-être, une sensation d’être en symbiose avec ma moitié. Je vous souhaite de trouver un jour quelqu’un à aimer, chère Mist.
-Oh, mais je ne vous ai pas demandé si vous étiez armée, rajoute-t-il après être resté quelques instants le regard dans le vide. Je ne peux vous proposer que cette cane-épée.


Il te tendra sa houlette avant d’en sortir une autre d’une des poches de son veston. Fait qui devrait beaucoup t’étonner. Vous marchez pendant quelques minutes, qui se transformeront bientôt en heures. Vous tomberez enfin sur le Marais Infernal.

Marais Infernal


Lieu inhospitalier à la fin de la Forêt des Refoulés. Tu apercevras des maisons de bois quasi en ruine et où la végétation a repris ces droits. L’ambiance sera lourde, quelque chose se tramera autour de vous. Soudainement, le Loir, plus alerte que les autres, réagira prestement. Il dégainera son épée d’un seul geste.

-Prenez garde, des wargs.

Juste après qu’elle aura fini sa phrase, une multitude de formes canines débouleront sur vous en provenance des cabanons.  


_________________
Rien n'est comparable à la Folie, elle libère de tant de souffrance.
Elle est la seule arme face à la dure réalité.
Abandonnez-vous à elle et tout ira pour le mieux.
Suivez-nous jusque ce paradis, d'accord?
avatar
Alice Branfubh

Messages : 109
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 22

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Mist Azuréan le Mar 15 Nov - 9:32

L'homme extravagant entama un monologue tandis que le petit groupe continuait tant bien que mal de percer à l’intérieur de cette forêt luxuriante. L'avatar ne perdît pas un mot de ce que ce dernier lui confia. Les faunus étaient donc humains ? Pourtant ce n'était pas ce qui était indiqué dans sa base de données. Le monde n'était donc que si peu diversifié ? La colère des faunus ou humains à appendices animales était peut-être justifiée après tout. Ils ne méritaient pas d'être traités différemment. De toute manière, l'endroit ou elle avait évoluée ; Beacon n'était pas spécialement pour la différenciation entre élèves selon leurs appartenances. De fil en aiguille, le Chapelier changea de sujet et Mist put apprendre le nom de la femme aux traits nobles : Gaenor. Elle plongea tout d'abord dans l'incompréhension lorsque ce dernier lui avoua que la lièvre était sa femme. Il continua son discours, lui expliquant calmement ce que ce simple baiser anodin signifiait. C'était donc si simple, ce sentiment amoureux provoquait du bien-être pour les deux moitiés. L'être humain a toujours recherché le bonheur en tout temps après tout, il en va justement de sa condition humaine. Peut-être était-ce là, la véritable preuve de l’humanité de quelqu'un ? Le fait qu'il puisse aimer. Mist avait-elle un jour aimé quelqu'un ? Elle se doutait bien qu'il devait y avoir une différence entre deux amis et deux amants, mais elle ne voulût pas embêter le chapelier plus que nécessaire avec d'autres questions sans queue ni tête. Peut-être qu'un jour il en serait ainsi, peut-être qu'un jour elle saurait elle même ce que cela signifiait d'aimer...

Mais cela ne lui était d'aucune importance en ce moment précis. Fixant l'horizon, elle n'avait qu'une seule idée en tête, qu'une seule pensée. Ramener Alice. Son bonheur n'était pas aussi important que celui des autres et encore moins celui de sa sœur. Mist fût alors sortie de sa réflexion par l'homme au chapeau imposant qui lui tendait son arme. Cette dernière la récupéra alors de sa main droite et avant qu'elle ne puisse lui poser la question avec quoi allait-il se défendre, ce dernier en sortit une seconde de son veston. Mist resta quelques bonnes secondes à le fixer d'un air neutre. En temps normal, elle l'aurait assailli de question sur le sujet, sur la physique de son manteau. Mais depuis son arrivée ici, elle en avait tellement vu qu'elle préférait garder ses questions pour elle au risque de devoir passer une journée entière au jeu des questions-réponses. Décidément, ce n'était pas un lieu pour elle. Ils continuèrent de marcher et bien qu'elle lança quelques regards méfiants envers la nouvelle canne, personne ne dît mot du trajet. Ils marchèrent encore et encore. Le voyage était long. Mais Mist ne ressentait ni la fatigue, ni l'ennui. Elle continuerait de marcher jusqu'à sa destination si rien ne venait la gêner. Finalement, l'invité du monde des songes plongea le pied dans une eau boueuse, signe qu'ils venaient d'entrer dans un marais. Elle tira un grand coup sur sa jambe pour se défaire de l'emprise de cette eau sale. Inutile de préciser qu'elle commençait penser que la forêt n'était pas si mauvaise que cela en fin de compte. Ici, l'atmosphère y était lourde, pesante. Mist avait du mal à avancer, comme si une force inconnue l'écrasait, tandis qu'elle se sentait épier de tous les côtés. La paranoïa, une forme de névrose pouvant apporter hallucinations, peurs, incompréhension. Quelque chose n'allait pas. Mist fût envahie de pensées lui demandant de quitter les lieux. Ses propres pensées. Elle se stoppa quelques instants, fixant dans le vide l'une des bâtisses en ruine. Qu'est ce qui lui prouvait que le Chapelier et ce petit groupe dont elle ne connaissait pas la moitié, ne la guiderait pas dans un piège ? Allaient-ils vraiment cherche un moyen de trouver Alice ? Pourquoi ressentait-elle cela ? Cet endroit était vraiment le pire. Les émotions étaient une plaie... Elle tourna un peu de l’œil et faillît tomber. Elle n'avait jamais ressenti cela auparavant. Elle leva la tête et fixa le ciel, ou du moins ce qu'elle pouvait en voir à cause de la cime des arbres lui bloquant la vue. Pourquoi était-elle ici ? Pour Alice. Oui, elle ne devait surtout pas perdre de vue cette information capital. Peu importe ce qui pouvait lui arriver du moment que sa sœur sorte de ce coma. Un fragment du passé lui revint en mémoire. Quelque chose s'étant passé bien avant...

Mist marchait dans les couloirs de Beacon avec une idée bien en tête. Elle se rendait dans la zone exterieure, à l'arrière du bâtiment. Elle terminait toujours sa ronde par cet endroit bien précis. En faisant ainsi, elle pouvait coincider aux horaires de fin des cours, aux horaires de repos pour tous. Et parfois, lorsque Alice n'était pas à l'exterieur des murs de la ville en mission, elle se trouvait ici. Bien sûr cela n'arrivait pas à chaque fois, c'était même d'une probabilité plus basse que haute, mais en répetant l'experience plusieurs fois, parfois Mist pouvait terminer son travail de jour en rencontrant directement la fille aux cheveux blancs. Cette fois-ci, elle avait sur elle une simple boisson récupérée sur un distributeur. Elle prenait toujours quelque chose dans le cas ou Alice était présente. Dans le cas contraire, elle donnait simplement la canette au premier étudiant rencontré. Ce jour ci, alors que le soleil déclinait paisiblement à l'horizon dans une couleur orangée, Alice était présente. Accompagnée d'un homme très étrange portant un haut de forme, elle semblait discuter avec ce dernier... Mist s'était avancé tout d'abord pour protester, précisant que seules les personnes habilitées avaient le droit de se promener librement dans l’académie. Il y avait eu une belle scène de quiproquo avant que cette dernière n’apprenne qu'il s'agissait là de la matérialisation de la semblance de son amie. Peu importe sous quel angle Mist tournait la chose, le Chapelier était une partie d'Alice. Même si il avait sa propre conscience, il n'en restait pas moins qu'il existait dépendamment de cette dernière. Les mois passèrent, peu à peu Mist rencontra d'autres personnes venant de la semblance d'Alice. Ce n'étaient pas de mauvaises personnes. Loin de là. Alors pourquoi doutait-elle en ce moment ? Elle ferma les yeux quelques instants comme pour mieux se concentrer. Elle agença de nouveau ses données de telle façon à occulter cette peur inutile. Ce lieu essayait de la faire douter, de la faire craquer. Mais cela n'arriverait pas. Elle n'était pas seule, autour d'elle se trouvait des hommes et femmes de confiance. Ensemble, ils ne pouvaient échouer.

Elle ouvrît directement les yeux lorsqu'elle entendit l'avertissement du Loir. Des atrocités venaient de bondir hors des taudis et fonçaient avec un air peu amical vers le groupe. Des grimms ? Non, ils en avaient peut-être la forme, mais pas l'essence. Il devait s'agir d'une autre défense de ces lieux. Le Chapelier avait bien fait de lui fournir une arme car elle n'arriva pas à en matérialiser une. C'était son corps mécaniques qui lui fournissait ses capacités de combat après tout, pas ses données. Elle se mise alors en position, levant la canne épée de manière à pouvoir embrocher l'une de ces bêtes si elles venaient à lui bondir dessus. Elle analysa la scène. Ils étaient en sous-nombres face à ces bêtes nommées wargs selon Mallymkun ; Elle ne connaissait ni les capacités, ni le mode opératoire de trois de ces alliés ; Les jumeaux ne semblaient pas armés à première vue ; Le Loir donnait l'impression d'être bien plus réveillé qu'il y a peu... Toutes ces données tournèrent dans son esprit l'espace d'un instant. Le fait de ne rien connaitre de ces alliés était un énorme poids dans la conception d'un plan de défense. Ils n'avaient pas l'avantage. Si ils se battaient ici, n'ayant pas la vélocité de ces bêtes, ils finiraient embourbés dans l'eau croupie du marais. Bien, il n'était plus temps de réfléchir. Elle avait un plan. Elle commença à parler d'un ton autoritaire, ce qui ne lui arrivait que peu souvent.

"Bien ! Mally, en avant ! Chapelier, sur le flanc gauche ! Je prends le flanc droit ! Les jumeaux, restez au centre, vous serez nos yeux là ou nous ne pouvons percevoir. Ces créatures sont en surnombre, ne les laissez pas nous submerger ni nous entourer ! Si nous restons ici, nous n'avons que peu de chance de réussite. Mais nous pouvons prendre avantage du à notre petit nombre ! Mally, nous allons faire une percée jusque l'un des bâtiment ! Nous entrerons dedans et couvrirons les entrées. Du à leurs surnombres ils ne pourront pas tous entrer à la fois, il suffira ensuite de les exécuter un-à-un. Quoi qu'il arrive, ne rompez pas la formation ! A mi chemin, nous prendrons une formation en triangle avec les jumeaux au centre, à moins qu'ils ne puissent se battre ce qui nous donnera un avantage lors d'une formation hexagonale. Chapelier, notre rôle sera de tout faire pour empêcher Mally de se faire attaquer sur les flancs ! Bien, vous savez tous quoi faire, en avant !"

Le groupe se mit alors en marche. Bientôt, ils allaient rencontrer leurs opposants... Deux forces avançant l'une vers l'autre... Encore quelques pas... Maintenant !
Ce fût le Loir qui put mettre le premier coup. Plantant son épée dans la gorge du premier de ces monstres à bondir sur elle. Rapidement, Mist du elle aussi se mettre à combattre. Prenant les postures du Chapelier, ils avaient là une défense solide, symétrique, droite. La complexité de cet affrontement résidait dans le fait que le groupe devait combattre tout en avançant rapidement et gardant une certaine position. Ils ne pouvaient se permettre le luxe de commencer à faire des sauts à droite à gauche en essayant d'y mettre le spectacle. Ils devaient être un fort impénétrable. Mist n'avait pas énormément de mal à traiter avec ces choses une par une. Elle attendait que ces dernières attaquent pour contre attaquer. Si elle se donnait le luxe d'attaquer la première, elle risquerait de ne pas être prête à arrêter l'une de ces choses qui pourrait alors passer à travers leurs défense. ils continuaient d'avancer, c'était une bonne chose. Cependant, les wargs affluaient désormais en nombre. Trois wargs arrivèrent proche de Mist, elle ne pouvait jeter un regard aux autres. Les jumeaux les avertiraient normalement si quelque chose ne se passe pas comme prévu. L'un essaya de lui mordre la jambe tandis que le second lui bondissait dessus. Le dernier voulût en profiter pour essayer de passer outre sa défense. Mist n'avait pas le choix. Elle leva son bras gauche, arrêtant le second warg qui referma sa mâchoire sur ce dernier. Elle mit un coup de pied au second pour l'écarter. Une douleur lui transperça alors le bras. La douleur... Elle n'était pas habituée à cela. Ce monde... Elle planta la canne dans le crane du canidé qui venait d'essayer de passer derrière elle. Puis elle mit plusieurs coup de lame dans le ventre du monstre qui venait de planter ses crocs dans son bras. Aucun sang n'en coulait évidemment, mais une partie de son bras semblait désormais se brouiller, grésiller, tout comme une image sur une vieille télévision. La douleur ne s'en allait pas. Les humains devaient faire chaque jour avec ceci... Comment parvenaient-ils à ne pas devenir fous ? La réponse était simple. Ils avaient des choses à chérir et à protéger. Tout comme Mist en ce moment. La douleur n'était finalement rien face à sa détermination. Au contraire, cette dernière venait de la rendre plus aux aguets.
Cela ne dura encore pas bien longtemps, le groupe enfonça la porte d'une maison.

"Bien, chacun à une entrée ! Ne laissez personne entrer, nous gagnerons sur le temps. Ce sont des animaux."

Le groupe s'en était admirablement sortit jusque ici. Et Mist mettrait un point d'honneur à ce que cela continue.

HRP:
Ouf ! Enfin une réponse :0 Pour m'excuser du retard j'ai essayé d'en faire une bien longue.

_________________
± Thèmes de Mist : (Slice of life) // (Combat) ±
avatar
Mist Azuréan

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2016

Statut Scroll
Groupe:
Semblance et arme:
Aura:
200/200  (200/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sœurs [PV : Alice]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum